actus

5 expos sur la musique qui sortent des sentiers battus

5 expos sur la musique qui sortent des sentiers battus

Des lunettes de yéyés chez un opticien. Des femmes iconiques qui mettent leur grain de sel dans la tambouille rock. Du post-punk breton qui rocke dans une médiathèque des Côtes-d’Armor. Des fils de punk dont les parents ont haï les fils de riches. Ou du rock plein la casbah. Inventaire de cinq expositions atypiques, parfois foncièrement incontournables, d’autres fois cachées dans les recoins les moins prévisibles, autour de musiques intrigantes et excentriques.

  • Lunettes de stars en tête d’affiche, de Johnny Hallyday à Michel Polnareff 

De l’inédit à Toulouse jusqu’au 18 février 2017. Avec, pour fêter l’anniversaire d’une boutique d’opticien, un espace aménagé pour accueillir onze paires de lunettes ayant appartenu à des stars de la variété telles que Johnny Hallyday, Nana MouskouriBrigitte Bardot, Elton John, Serge Gainsbourg ou Michel Polnareff. Mais aussi à Pierre Bellemare, Jacky Kennedy, Audrey Hepburn… L’initiative émane de Marie-José Labrune, opticienne installée depuis 35 ans au faubourg Bonnefoy. 

  • Une exposition célèbre 20 ans de Femmes (qui) s’en mêlent 

https://youtu.be/kEyJgxsUrSM

Non content de programmer l’orageuse Shannon Wright, le festival Les femmes s’en mêlent organise pour ses 20 ans une exposition. L’événement se tient jusqu’au 25 février 2017 à la Galerie Les Filles du Calvaire dans le troisième arrondissement parisien. Avec au menu : affiches, photos, captations vidéo, aquarelles, clips et citations liées à la présence féminine dans le champs des musiques actuelles. 

  • L’épopée du rock breton revit sous l’impulsion d’un ex-Marquis de Sade

Jusqu’au 1er mars 2017, le rock breton  sera à l’honneur à la médiathèque de Loudéac dans les Côtes d’Armor. Avec une exposition mêlant affiches, documents, et instruments plutôt rares et d’ailleurs pas franchement liés au champ du rock comme la harpe d’Alan Stivell. On doit cet événement au musicien et producteur loudéacien Franck Darcell, qui créa Marquis de Sade, un des groupes les plus cultes ayant sévi à Rennes. Qu’on réécoutera avec plaisir à l’occasion. Ce qui permet au passage de resituer, une ellipse sémantique et temporelle plus tard, d’où un groupe comme Frustration peut bien provenir.

  • Rock The Kasbah melting pot artistique à la Goutte-d’Or sous le parrainage de The Clash 

Rock The Kasbah. C’est à Paris, du 7 mars au 30 juillet 2017, au sein de l’Institut des cultures d’Islam en plein quartier de la Goutte-d’Or dans le 18ème arrondissement que sera organisée l’exposition empruntant son nom à un titre de The Clash et de leur chanteur Joe Strummer repris par Rachid Taha, sorte de ricochet au Sidi’h’Bibi de la Mano Negra de Manu Chao. Une exposition avec des oeuvres de Adel Abidin, Philippe Chancel, Hiwa K, Katia Kameli, Jompet Kuswidananto, Angelica Mesiti, Christian Marclay (connu pour son art éminemment musical), Magdi Mostafa, Siaka Soppo Traoré et James Webb s’intégrant dans un dispositif plus vaste mêlant concerts, films, débats, ateliers jeune public.  

  • « Fils de punk » à Nantes accroche avec des épingles à nourrices concerts et BD 

Tout a démarré autour de l’exposition atour du dessinateur John Backderf, alias Derf Backderf et sa fameuse oeuvre « Punk Rock & Mobile Homes ». Et se prolongera du jeudi 23 mars 2017 au 30 juin 2017 à Stereolux Nantes avec « Fils de punk ! l’expo », en parallèle de concerts des irrésistibles Buzzcocks et des Olivensteins (auteurs entre autres du célèbre « Je hais les fils de riches« ) de conférences, d’ateliers fanzines et « relooking ». L’expo « Fils de punk ! » à proprement parler conviera des photos de Sue Rynski et Bruno Blum, sorte de regards croisés entre Détroit et Londres. 

0

Partager sur ...

Tags

billetterie