581964
article Jazz
lun, 13/02/2017 - 12:19, par Nicolas Mollé

Al Jarreau est mort et avec lui un des grands représentants du jazz vocal

Avec Al Jarreau, c'est une des plus grandes figures du jazz et un des maîtres de l'improvisation vocale qui disparaît. Le musicien et chanteur est décédé dimanche dernier. Très fatigué ces derniers temps, il n'avait jamais véritablement quitté la scène, où il brillait particulièrement.

Al Jarreau est mort dimanche dernier, le 12 février 2017. Il rejoint son compagnon pianiste George Duke, musicien de sa génération disparu il y a quelques années. Hospitalisé à Los Angeles pour épuisement depuis quelques jours, le chanteur de soul et de jazz américain est finalement décédé à l'âge de 76 ans, après avoir annulé sa tournée aux États-Unis et en Allemagne. Il avait encore tout récemment, fin novembre 2016, été programmé à Paris au Blue Note Xperia Lounge Festival. Et ne quittait plus guère la scène, malgré son âge avancé.  

Originaire du Midwest, de Milwaukee plus précisément où il est élevé dans une famille très religieuse, Al Jarreau s'établit ensuite à Los Angeles. L'artiste s'y était imposé avec une variété californienne suave et doucement mélancolique aux racines jazz.  

Après avoir fréquemment chanté à l'église enfant, Al Jarreau entreprend des études de psychologie à l'université de Iowa City, où il rencontre le saxophoniste jazz David Sanborn. C'est lui qui lui permet ses premières immersions dans ce genre même si, rapidement, Al Jarreau se distingue par son invocation de grands airs du music-hall comme ceux de "La Mélodie du Bonheur" ou de "West Side Story". 

Surtout, Al Jarreau sort du lot en poursuivant le sillon développée par le trio vocal de jazz Lambert, Hendricks & Rose créé à la fin des années 50 par le chanteur new-yorkais Jon Hendricks. C'est à ce trio, comme le feront d'ailleurs aussi en France les Double-Six, qu'il emprunte le vocalese, ce style qui adapte au son des voix la musique jazz. 

En 1965, Al Jarreau s'installe à San Francisco où il commence à chanter dans une petite formation aux côtés de George Duke. Avant de se produire en duo avec le guitariste de samba brésilienne Julio Martinez. Mais il est surtout remarqué à Los Angeles en 1975 en première partie de Les McCann. Dès son premier album "We got by" en 1975, Al Jarreau fait d'ailleurs sensation auprès des amateurs de jazz.

Dans la foulée, il reprend pour l'album "Glow" en 1976 des ballades rock telles que "Your songs" d'Elton John ou "Fire and rain" de James Taylor, ce qui lui permet d'élargir encore son public. Ce sera une des caractéristiques de sa carrière qu'une popularité soigneusement travaillée en allant à la rencontre d'autres esthétiques musicales que celle du jazz. Une popularité également très vive en Europe. 

Un de ses plus grands tubes fût "Boogie Down", dont s'inspirera d'ailleurs pour se baptiser l'à la fois hardcore et conscient groupe de KRS-One Boogie Down Productions. Il est connu pour d'autres hits comme "We're in this love together", "Morning" ou sa version chantée du "Blue Rondo a la turk" de Dave Brubeck. Avant Daft Punk, il avait travaillé en 1986 avec Nile Rodgers le guitariste de Chic pour l'album "L is for lover". 

Avec son scat euphorique, technique issue du jazz, Al Jarreau fût aussi à sa façon un précurseur du "spoken word", du "beat boxing" façon Rahzel des Roots, s'inscrivant dans le sillage de la poésie scandée et rythmée du rap des Last Poets

Al Jarreau était un monument de présence, particulièrement apte aux improvisations les plus débridées et très apprécié sur scène, notamment au festival de Montreux, dont il était un habitué