574827
article Rock français
ven, 28/10/2016 - 15:16, par Nicolas Mollé

Couscous Clan le joyeux chahut de Rachid Taha et Rodolphe Burger va investir le Palais de la Porte Dorée à Paris

CousCous Clan
© couscous_clan (c) AlexandreChatton
Couscous Clan. Derrière cet intitulé corrosif et impertinent s'activent Rachid Taha et Rodolphe Burger, deux artistes qui prouvent que le post-punk alsacien et le rock’n’raï ont beaucoup de choses à se dire. Et ce dans une ambiance de chahut artistique qui risque de laisser un souvenir impérissable aux spectateurs. Prochaine représentation début novembre 2016 au Palais de la Porte Dorée à Paris.

Couscous Clan. Un drôle de projet. Mais généreux, humaniste et rassembleur. Ce "groupe fictif devenu clandestin" a d'abord été une boutade, imaginée par deux piliers de la culture rock française, Rodolphe Burger et Rachid Taha. Devenue une formation tout ce qu'il y a de plus concrète (à défaut d'être 100 % sérieuse), Couscous Clan se produira pour un concert exceptionnel le vendredi 4 novembre 2016 au Palais de la Porte Dorée à Paris.

Les deux complices, l'un ex-leader de Kat Onoma, l'autre pionnier du rock’n’raï capable autant de reprendre du Charles Trenet que du Clash, vont tenter d'embarquer les spectateurs dans un voyage des bords du raï au post-punk au gré de quelques compositions et de reprises rock teintées de sensualité orientale.

Rodolphe Burger, né à Colmar en Alsace, a fait paraître, à travers son label Dernière Bande, outre ses quatre disques solo, plus d’une vingtaine d’albums. Des disques qui témoignent d’une ouverture aux autres l'ayant vu collaborer avec de nombreux auteurs et artistes. Parmi lesquels des écrivains comme Pierre Alferi et Olivier Cadiot mais aussi des musiciens comme Alain Bashung, Jeanne Balibar, Françoise Hardy, James Blood Ulmer, Erik Truffaz, Rachid Taha, Ben Sidran...

Pour sa part, Rachid Taha, d’origine d’algérienne, est né le 18 septembre 1958 à Saint-Denis-du-Sig, près d’Oran, et réside en France depuis 1968. Sa musique est inspirée de différents styles, tels que le raï, le chaâbi, la techno, le rock’n’roll et le punk.

Son neuvième album solo "Zoom" sorti en 2013 contient notamment des hommages à Elvis Presley et Oum Kalsoum.

Les musiciens et techniciens impliqués dans le projet Couscous Clan se nomment Hakim Hamadouche (luth-mandole), Kenzi Bourras (claviers), Franck Mantegari (batterie), Julien Perraudeau (basse), Léo Spiritof (son).

Ce spectacle sera programmé dans le cadre de l’exposition "Vivre !! La collection agnès b." présentée au musée national de l’histoire de l’immigration jusqu’au 8 janvier 2017. 

Ce temps fort musical s’inscrit également dans le mouvement Fraternité générale.

Les premiers concerts du Couscous Clan ont eu lieu dans des bars de Nanterre, et furent précédés de projections de la collection de scopitones de Rachid Taha. C’est un concert surprise à Sainte-Marie-Aux-Mines, lors du festival biennal C’est dans la Vallée (fondé par Rodolphe Burger), en 2013, et un autre dans le bar Chez Mehdi, qui scellèrent l'alliance des deux musiciens et de leur collectif.

Une "légende" est née, le Couscous Clan sort alors de la clandestinité et célèbre son « coming out » sur le toit du Théâtre de Vidy, à Lausanne, sur l’invitation de Vincent Baudriller, son nouveau directeur.

C'est là que s'imprime la marque du Couscous Clan : pas de demi-mesures. La formation a pour ambition que chacune de leurs représentations, des petits concerts à l’improviste aux grands évènements, des petits bars aux grandes scènes, soit dotée d'un parfum d’émeute joyeuse.

Le tarif d'accès à ce spectacle est fixé à 13,50 euros.