actus

Disparition de Mark Bell de LFO

Disparition de Mark Bell de LFO

Avec le décès de Mark Bell de LFO, un architecte sonore très influent du son techno s’éteint. Musicien des cultes LFO, Mark Bell a aussi sculpté des albums parmis les plus passionnants de Björk et Depeche Mode.

Fondateur avec Gez Varley du duo techno de Sheffield LFO, Mark Bell est décédé la semaine dernière de complications suite à une opération chirurgicale. Pionnier de la danse électronique en Europe, LFO s’était notamment produit le 18 janvier 1992 lors d’une grande rave à La Grande Arche de La Défense, à une époque où le mouvement techno pouvait encore symboliser un futurisme de bon aloi bien accueilli par les pouvoirs publics. Une époque où l’on pouvait encore danser avec des sifflets à la bouche. 

Le britannique est surtout l’homme d’un son unique fait de boucles acides et de bleeps qui allait constituer, avec Nightmares on Wax ou Tricky Disco, la préhistoire du désormais bien établi label Warp (Aphex Twin, Autechre, Broadcast).

Si l’on excepte l’enregistrement live de sa prestation à La Défense (à l’époque produit par Fnac Music, l’ancêtre de F Com et offert à ses lecteurs par le quotidien Libération), LFO n’a sorti que trois album : l’incontournable « Frequencies » en 1991, au carrefour d’influences comme Technotronic, Depeche Mode, Yellow Magic Orchestra ou KLF.


     

Puis vient le deuxième album « Advance » cinq ans plus tard avant le troisième et dernier album « Sheath » en 2003. Mark Bell laissera aussi une trace immense en tant que producteur puisqu’il apporta sa griffe à la fois métallique et organique au meilleur album de Björk, « Homogénic » et fut aussi l’orfèvre du très bon « Exciter » de Depeche Mode

On pouvait encore croiser régulièrement Mark Bell derrière des platines ou des machines dans des raouts techno. LFO s’était ainsi produit lors de la dernière édition du festival Astropolis à Brest cet été, en juillet 2014. 

0

Partager sur ...

Tags

billetterie