579857
mar, 10/01/2017 - 15:32, par Nicolas Mollé

Jimmy Buffett viendra donner de ses nouvelles lors de trois concerts à La Cigale à Paris fin septembre 2017

DR
Le journalisme mène à tout, même à la marine, à la country et aux bracelets d'éponge aux couleurs rasta. Jimmy Buffett, artiste gentiment excentrique, entre le facteur Cheval et un Johnny Cash à colliers de fleurs, peut en témoigner. Cet artiste très populaire aux Etats-Unis viendra livrer pas moins de trois dates à La Cigale à Paris fin septembre 2017. Né en 1946, il n'en collectionne pas moins les projets : disque de chansons de Noël et même une comédie musicale autour de son univers artistique très décalé. Comme une sorte d'équivalent américain de notre Antoine national.

Tout un programme de titres appétissants. "Cheeseburgers in paradise" ou "Fruitcakes". Tels sont les tubes de Jimmy Buffett, étrange country man au bracelet en éponge rasta qui viendra interpréter des airs nourris d'inflexions caribéennes à La Cigale à Paris les 21, 22 et 23 septembre 2017. Ou des hits comme "Margaritaville". L'artiste s'est récemment distingué à travers un album de chansons de Noël, « ‘Tis the Season ». Les places viennent d'être mises en vente.

Chanteur, auteur-compositeur et interprète né en 1946, cet artiste a développé son étrange univers musical dans l'archipel de Key West au sud de la Floride, rajeunissant la musique country en lui adjoignant des steel drums (percussions de métal) et des marimbas. 

Il est originaire du port de Mobile dans l'Alabama. Son père dessine des bateaux, son grand père est capitaine dans la marine marchande. Après des débuts dans la chanson humoristique et contestataire, il devient correspondant du magazine Billboard. Puis débute une carrière de musicien qui ne prend réellement son envol que lorsqu'il emménage en Floride. Signant des titres aussi éloquents que "Why don't we get drunk (and screw)". Passé de mode dans les 80's, il ouvre un restaurant et une boutique, écrit des romans, passe le plus clair de son temps à sillonner les océans. Ne revenant sur la terre ferme que pour enregistrer des albums à la country de plus en plus académique, à la manière d'un Antoine en France. 

Chaque été, Jimmy Buffett parcourt les Etats-Unis où il se produit devant pas moins de 25.000 personnes à chaque concert. Il y est devenu une légende populaire avec sa "cool attitude" et son genre de musique parfaite pour siroter un gin fizz au dernier étage de la Trump Tower. Même si cet artiste n'est finalement pas vraiment un "anti-Springsteen" puisqu'il a plutôt soutenu Hillary Clinton. Comme la plupart des grands artistes américains, à l'exception notable de l'imprévisible Kanye West ou d'autres comme Thurston Moore ou Killer Mike engagés en faveur de Bernie Sanders. Jimmy Buffet, lui, fût militant écologiste et dirigea le comité Save The Manatee, association de défense des lamantins. 

Jimmy Buffett a enregistré plus de cinquante albums, dont la plupart ont été disques d'Or de Platine ou même multi-Platine. Ses tournées aux Etats-Unis constituent un rite estival annuel pour sa légion de fans, surnommés les "Têtes de Perroquets" ("parrotheads").

Outre sa production musicale, Jimmy Buffett est également connu pour sa décontraction légendaire et bien sûr pour l'univers Margaritaville qu'il a construit. Cet univers servira d’ailleurs de base à la création de sa toute première comédie musicale qui sera mise en scène au printemps 2017. Un spectacle qui sera une représentation de son mode de vie très particulier accompagné de nouvelles compositions et d’une sélection de ses plus grands classiques tels que "Come Monday"ou "Son of a son of a sailor".

Les places pour les concerts à La Cigale sont disponibles selon trois barèmes, à des tarifs compris entre 73 euros et 99,40 euros.