587156
article Rock français
lun, 22/05/2017 - 14:12, par Nicolas Mollé

Marquis de Sade met en vente les places pour sa date au Liberté à Rennes

DR
Grand retour de Marquis de Sade, un des monuments des années new wave qui grandit aux côtés d'Etienne Daho. La formation se reforme avec ses leaders Franck Darcel et Philippe Pascal pour une date unique à Rennes, sa ville d'origine, en septembre 2017. Mise en vente aujourd'hui.

Ils sont peut être, avec Taxi Girl, un des groupes français les plus influents des années 80. Ils ont côtoyé Etienne Daho, qui recroisera régulièrement leur route et fut un de leurs proches avant de connaître le destin qu'on lui connait. Marquis de Sade se reforme pour une unique date le samedi 16 septembre 2017, au Liberté, à Rennes, la ville qui les vit naître. À l'occasion de la biennale "Teenage Kicks", du nom du fameux titre des Undertones, où une exposition leur rendra hommage. Les places ont été mises en vente aujourd'hui, lundi 22 mai 2017, depuis 14 heures.

Les deux albums de Marquis de Sade, "Dantzig Twist" (1979) et "Rue de Siam" (1981) viennent par ailleurs d'être tout juste réédités. Héritiers de la langue ciselée, mélancolique et quasi gelée de Gérard Manset, avec une coloration post-punk voire no wave, ces musiciens se lancent en bousculant, avec leurs références raffinées pour Television et le Velvet Underground, les clichés alors en vogue au sein du rock français. 

Marquis de Sade voit d'abord le jour autour de Franck Darcel et du bassiste Christian Dargelos. En octobre 1977, ils se produisent en première partie des punk rockers anglais Damned. C'est alors que Philippe Pascal, qui assiste au concert, les rencontre et les intègre. Il amènera une touche plus sophistiquée mais aussi plus ténébreuse au processus créatif du groupe. 

Marquis de Sade se distingue ensuite par une série de concerts au Rose Bonbon à Paris. On se souviendra surtout qu'ils inaugureront la toute première édition des Trans Musicales de Rennes alors pilotées par Hervé Bordier, qui sera leur manager courant 1978. Très vite, le groupe est tiraillé entre les aspirations à la froideur punk de Joy Division de Philippe Pascal, qui rêve d'être produit par le gourou sonique des années Factory Martin Hannett et les autres musiciens, qui sont plus captivés par Roxy Music, le funk et les élancements façon Pop Group

Le groupe fut actif à la manière d'une comète, seulement de 1977 à 1981.

C'est la grande époque du rock breton, qui profite à la fois du zèle littéraire né de l'application des studieux élèves issus de l'école méritocratique bretonne et du dynamisme des disquaires gallo et armoricains. Une vague immortalisée dans le documentaire "Rock 'n' Rennes" par exemple. 

Marquis de Sade se sépara ensuite en deux entités, Franck Darcel produisant par exemple "Epaule Tatoo" d'Etienne Daho sur "Pop Satori", montant Octobre et s'illustrant à travers une récente exposition sur le rock breton. Tandis que Philippe Pascal, dont les textes sont marqués par les visions largement chimériques d'une "Mitteleuropa", lançait le groupe Marc Seberg

Parallèlement, comme l'explique Ouest-France, une exposition inédite d’œuvres inspirées par les chansons du groupe sera organisée par Poch aux Ateliers du Vent, à Rennes. À cette occasion, un ouvrage sera édité, relatant l’histoire du groupe et présentant l’intégralité des oeuvres présentes à l’exposition.

Les places sont accessibles entre 20 euros et 26 euros.