582466
article Rock français
mar, 21/02/2017 - 11:54, par Nicolas Mollé

Shaka Ponk fourbit ses guitares avant le dévoilement de sa prochaine tournée

DR
C'est le retour des incendiaires Shaka Ponk. Bêtes de scène devant l'éternel, les musiciens français se préparent à mettre en orbite leur prochaine tournée et leur sixième disque.

Shaka Ponk is back. Toujours aussi hirsutes, gouleyants, débraillés. L'un des groupes de scène français les plus réputés de ces dernières années revient avec une tournée baptisée "The Monkadelic Tour". Vu l'importance des concerts dans la carrière de cette formation, un certain suspens est mis en scène autour de cette tournée. 

Le détail des concerts sera révélé jeudi prochain le 23 février 2017, à partir de 10 heures, au moment de la mise en vente des places. Mais L'Obs a d'ores et déjà révélé plusieurs dates sur les 25 programmées pour début 2018, dont le 9 février 2018 au Dôme de Marseille ou encore le 23 mars 2018 à l'Accord Hotels Arena de Paris.

Découvrez toutes les dates de concert de Shaka Ponk et réservez vos billets.

Le prochain album du groupe sera dans les bacs dans le courant de l'automne prochain.

Shaka Ponk avait vu le jour en l'an 2000 autour d'un concept associant musique, images et activisme. Les Parisiens CC (guitare) et Frah (web designer) rencontrent alors un hacker californien nommé Stan. Ce dernier les invite à le rejoindre pour mettre en musiques et en images sa création Goz, un singe virtuel en images de synthèse avec lequel il détourne les campagnes publicitaires de grandes marques. CC et Frah recrutent ensuite Mathias (basse), Steve (claviers) et Ion (batterie). Shaka Ponk émerge alors dans sa configuration active, la musique s'articulant autour des interventions de Goz.

En 2004, alors que le quintet doit se produire au Glaz'Art à Paris, un accident informatique empêche les interventions de Goz pendant le concert. Frah décide alors de prendre le micro pour ne plus le lâcher. Goz demeurera cependant la mascotte du groupe. Shaka Ponk s'installe ensuite à Berlin, une ville où il estiment plus facile de mélanger graphisme, musique et vidéo. Repéré par un manager, le groupe obtient un local pour répéter. C'est là qu'il enregistre son premier album "Loco Con the Frenchy Talking" (2006).

Ce premier repère discographique en poche, Shaka Ponk multiplie les concerts et assure notamment les premières parties de Skin (Skunk Anansie) et Mudvayne. En 2007, le groupe se réinstalle à Paris. Mathias est alors remplacé par Mandris, le frère de Steve. Dans la foulée, Shaka Ponk s'attelle à l'enregistrement d'un nouvel album dont les textes sont un mélange d'anglais et d'espagnol. "Bad Porn Movie Trax" paraît en mai 2009.

Nominé aux Victoires de la musique 2010 en tant que révélation scénique, Shaka Ponk redouble d'efforts et sort en juin 2011 l'acclamé "The Geeks AnD the Jerkin Socks", couronné d'un disque de platine pour ses plus de 100.000 exemplaires vendus.

Entre deux tournées à guichets fermés, Shaka Ponk récolte finalement deux Victoires de la musique, en 2013 pour le dernier album studio en date puis en 2014 pour le "DVD Geeks on Stage" paru en novembre de l'année précédente. Pendant que le groupe entame une nouvelle série de concerts sort l'album "The White Pixel Ape (Smoking Isolate to Keep in Shape)", premier volet d'un diptyque assorti des simples « Altered Native Soul », « Wanna Get Free » et « Scarify ». Classé numéro deux du top albums où il séjourne plus de six mois, ce disque est suivi en novembre 2014 par "The Black Pixel Ape (Drinking Cigarettes to Take a Break)" qui insiste sur la face la plus sombre du groupe.

On citera parmi leurs titres récents "Story O' my LF", sur leur quatrième album studio "The white pixel ape", prédécesseur du dernier "The black pixel ape", en mode fanfare et "tagada tsoin tsoin".

Mais le groupe a aussi collaboré ces dernières années avec Bertrand Cantat sur le titre "Palabra mi amor", tiré de leur disque précédent "The Geeks and the Jerkin' Socks" en 2011.