579405
article Pop
lun, 02/01/2017 - 15:43, par Nicolas Mollé

Les Tindersticks de retour à Nantes au Lieu Unique pour une création atypique

DR
Après avoir été longtemps en osmose avec la metteur en scène Claire Denis, les Tindersticks refont leur cinéma. Cette fois en passant par d'étranges chemins de traverse, qui les voient s'associer au cinéma du pionnier du naturalisme Frank Percy Smith. Cette création prévue au Lieu Unique à Nantes se tiendra lors de deux soirées de mars en 2017.

On se souvient en 2016 de la prestation à Nantes de leur chanteur, le lymphatique et ténébreux Stuart Staples dans le cadre d'une création liée à David Lynch. Et revoilà déjà les anglais de Tindersticks au Lieu Unique. Les samedi 11 mars 2017 à 20 h 30 et dimanche 12 mars 2017 à 18 heures. Et ce dans le cadre d'un ciné-concert d'une durée d'environ 1 h 15 en hommage à leur compatriote Frank Percy Smith, décédé en 1945. Un cinéaste dont l'oeuvre en noir et blanc est ancrée dans le début du 20ème siècle.

Naturaliste, documentariste, Frank Percy Smith a été pionnier de nombreuses techniques macrophotographiques au début du siècle dernier. Il fut notamment un des premiers à défricher le champ du filmage des insectes. Stuart Staples, chanteur et compositeur des Tindersticks s'est intéressé à ces réalisations, des oeuvres comme "To Demonstrate How Spiders Fly" (1909) ou "The acrobatic fly" (1910). Avec à la clé un film, qu’il a réalisé à partir des images de Frank Percy Smith, et sa bande-son qui en épouse les motifs, à la fois documentaires et abstraits.

Le titre de cette création "Minute Bodies" a été emprunté au traité scientifique Micrographia de Robert Hooke, un contemporain d’Isaac Newton, qui a reproduit et publié les premières images vues à travers un microscope, en 1665, comme l'explique Stuart Staples dans un interview.

C'est loin d'être la première fois que les Tindersticks, formation formée en 1992 à Nottingham dans le prolongement d'un premier groupe nommé Asphalt Ribbons, s'immergent dans l'univers du cinéma. On se souvient notamment de leur collaboration avec la cinéaste française Claire Denis, notamment pour Trouble everyday en 2001.

Mais aussi dès 1996 pour "Nénette et Boni", en 2008 pour "35 rhums", en 2010 pour "White Material", en 2013 pour "Les Salauds". Le groupe consacrera ainsi l'essentiel de sa créativité entre 1995 et 2001 à un travail avec la cinéaste, Stuart Staples prenant le relais, seul, de ce fil collaboratif entre 2002 et 2005.

Ce travail avec la metteuse en scène a abouti également à la conception d'une série de concerts illustrés par des montages des films, lors d'une tournée mondiale en 2011. Une tournée au cours de laquelle ils présentèrent les extraits les plus anciens de leur répertoire. Des titres figurant sur leur deuxième album de 2004, des pièces comme "A night in" par exemple.

Les tarifs oscillent entre 20 et 29 euros.