356031
article Classique
mar, 15/06/2010 - 15:58, par Yann Guillou

Le virtuose Nigel Kennedy réinterprète Bach et Vivaldi à Paris en novembre 2010

Le violoniste britannique Nigel Kennedy donnera un concert unique en France le 30 novembre 2010 au Palais des Congrès de Paris, où il jouera des compositions de Bach et Vivaldi. Les réservations pour la représentation de cette superstar de la musique classique sont ouvertes.

Sa virtuosité et son audace ont fait de lui une figure incontournable dans le monde parfois rigide de la musique classique, qu'il bouscule depuis plus de trente ans en lui insufflant un esprit rock'n'roll. Rendu célèbre par son interprétation des Quatre Saisons de Vivaldi (vendu à plus de cinq millions d'exemplaires dans le monde), le violoniste anglais Nigel Kennedy n'a depuis cessé de revisiter les répertoires classique et jazz et de se réinventer à chaque prestation.

Alors que son dernier album "Shhh" est dans les bacs depuis le mois de mai 2010, le virtuose anticonformiste remonte de nouveau sur scène pour y interpréter une sélection piochée dans les classiques de Bach et Vivaldi, lors d'un unique concert français qui se déroulera le 30 novembre 2010 au Palais des Congrès de Paris. Les mélomanes peuvent encore réserver leurs places, vendues entre 56,50 euros et 139 euros (frais de location inclus).

Acclamé par les critiques et par un large public qui dépasse les frontières de son art, Nigel Kennedy s'est bati une réputation d'enfant terrible de la musique classique en s'illustrant notamment dans des répertoires inattendus, comme le jazz klezmer ou le rock de Jimi Hendrix. Musicien incontournable, il a évolué aux côtés des plus grands chefs d'orchestres et a accompagné des stars de la pop comme Paul McCartney ou Kate Bush.

Son nouvel album intitulé "Shhh" qu'il interprète avec The Nigel Kennedy Quintet, réunit six compositions originales aux sonorités jazz et électrique ainsi qu'une reprise du chanteur Nick Drake, la chanson "Riverman", qui bénéficie de la participation inattendue au chant de Boy George (Culture Club).

Y.G.