article Pop
mar, 08/12/2009 - 18:20, par Nathalie Paul

Neeskens: le folk à l'état brut

Frais, romantique, séducteur...: avec des chansons acoustiques aussi minimalistes qu'envoûtantes, le jeune chanteur Neeskens alias Philippe Roche fait une irruption fracassante sur la scène folk.

Encore peu connu du grand public, le jeune Neeskens fait parti de cette catégorie de chanteurs dont on n'oublie pas la voix. A la première écoute, l'auditeur est déboussolé, pris au dépourvu. La musique de cet artiste atypique frictionne l'échine avec une dose d'émotion inconnue depuis Jeff Buckley ou encore Damien Rice.

Le songwriter trentenaire a tout pour plaire. Sa voix est claire et pénétrante, son charisme imparable et les arrangements de sa guitare romantiques. Neeskens parvient à donner un souffle nouveau à ce qu'il y a de plus simple, à savoir une guitare et une voix et y ajoute sa touche personnelle: une ambiance néo-folk qui prend sa fraicheur dans les Pays-Bas.

Né au pays des tulipes (à Groenlo) le 23 octobre 1979 et enraciné aujourd'hui à Annecy, Neeskens (alias Philippe Roche) baigne dans la musique depuis son plus jeune âge. A 6 ans, il prend ses marques au piano. Mais ses premiers pas dans le monde de la musique sont marqués par la formation du groupe de rock Hymn en 2001 avec des amis du lycée. La bande sort l'album "Aérogare de Barbarie" et se sépare après huit ans d'aventure.

Neeskens poursuit sa route tout seul, et s'essaye à de nouvelles expériences. Après avoir tenté le pop-rock, il emprunte le virage folk, se laissant influencer par ses icônes: Jeff Buckley, de qui il s'inspire beaucoup, mais aussi Eliott Smith, Nick Drave, Tom McRae...

En année 2009, la machine s'emballe. Il remporte le concours qui lui permet de se produire sur la scène de Ricard SA Live, à Denfert-Rochereau (Paris), pendant la Fête de la Musique. Il partage la scène avec le groupe clermontois Cocoon. Et, le hasard faisant bien les choses, il rencontre lors de cette représentation celui qui est aujourd'hui son manager, Fabien Strulovici.

Sur scène, c'est avec une facilité déconcertante et accompagné de sa seule guitare qu'il parvient à capter l'attention de son auditoire, aidé par sa voix au grain ensorcelant, son minois de jeune premier et sa présence électrisante. Il chante en anglais, les choses simples de la vie: l'amour, les ruptures, la nature, les animaux aussi, et il n'oublie pas de rendre hommage à ses origines hollandaises. Hommage qu'il rend en prenant comme nom de scène, le nom d'une ancienne gloire du foot hollandais Johan Neeskens.

S'il écume pour l'instant les tréteaux de France (il a assuré la première partie du chanteur folk anglais Ed Laurie, en décembre, au Café de la Danse à Paris), Neeskens prépare aussi la sortie d'un prochain EP qui rendra sans doute de précieux services les longues soirées d'hiver, au coin du feu.

D'ici là, les curieux et admirateurs pourront l'écouter sur scène le 19 janvier 2010 au Rendez Vous de la Lune, pour un concert intimiste et acoustique, au Salon Musical de Saint-Eustache, à Paris.

Sabine Bouchoul
Photo Frédéric Lapierre