article Rock français
mer, 19/08/2009 - 16:39, par Nathalie Paul

Sammy Decoster, crooner folk-rock crépusculaire

Le chanteur normand Sammy Decoster décolle avec un premier album rock francophone aux accents blues et country: "Tucumcari". Une petite pépite à écouter au coin du feu lors des longues soirées d'hiver... ou en concert.

Avec "Tucumcari", premier opus de Sammy Decoster, les grands espaces de l'Ouest américain n'ont jamais été aussi proche. A seulement 27 ans, l'artiste normand s'approprie toute la richesse chromatique des westerns en version cinemascope. Le résultat est saisissant: sans jamais tomber dans le pastiche, les chansons vespérales du chanteur et musicien de Deauville résonnent comme des invitations aux voyage. Des cartes postales musicale où le rock, le blues et la country font bon ménage, en quelque sorte. Pour autant, l'univers très far west de Decoster n'est jamais que le contre-point parfait aux interrogations profondes d'un auteur pétri de contradictions. "Regarde moi dans les yeux, tu verras le reflet de l'homme que je ne suis pas", clame Sammy Decoster. Symptomatique!

Pour réaliser "Tucumcari" (du nom d'un village du Nouveau-Mexique indissociable des westerns spaghettis), sorti en janvier 2009, le multi-instrumentiste Sammy Decoster n'a pas hésité à s'entourer des musiciens d'Arman Méliès ou de M83. Ce premier bénéficie aussi de l'apport à la production de Yann Arnaud, collaborateur de Sébastien Schuller et de Syd Matters. Un choix gagnant. Il n'empêche, le disque, composé de 12 titres poignants, conserve un côté artisanal, grâce au savant mélange d'enregistrements "fait à la maison" (dans son fief du nord de la France, en pleine campagne) et des sessions en studio.

Textes contemplatifs ou mélancoliques (en français, s'il vous plaît), riffs acoustiques chatoyants...: le jeune Sammy Decoster déploie une palette de rarement utilisée par les songwriters français. On pense nécessairement à Johnny Cash, dont il emprunte l'univers orageux. La multiplication des instruments (tambourin, balaika, orgue,...), les effets de réverb de guitares et les voix distantes viennent d'ailleurs renforcer l'impressionnisme des chansons, résolument modernes dans leur orchestration.

Avec son beau minois de jeune premier, Sammy Decoster aurait pu facilement percer dans les émissions musicales de téléréalité. Au lieu de ça,, il a choisi d'emprunter les chemins de traverse, dans les méandres de ses rêves bucoliques. Mais l'ex-guitariste de Verone est en train de réussir son pari: sortir de l'ombre. Il est à découvrir sur scène, son deuxième habitat après la nature.

"Fraîche brise qui achève ma nuit, laisse mes rêves survivre aujourd'hui", chante-t-il dans le titre "Manana". C'est tout le mal qu'on lui souhaite.

A.V.

Visionnez le clip de "Savannah Bay":