lun, 30/03/2009 - 18:05, par Nathalie Paul

Sliimy: la révélation pop "made in France"

Avec de faux airs de personnages de bande dessinée, Sliimy fait des chansons comme d'autres font des photos polaroïd: c'est frais, coloré, et ça saisit les beaux moments de la vie.

Ne cherchez pas de philosophies ou d'engagements politiques dans les chansons de Sliimy. Le jeune stéphanois, à la silhouette filiforme et au visage encadré de lunettes géantes, a choisi son camp: celui d'égayer la vie. Sa musique, sorte de pop sucrée aux mélodies fringantes et aux textes euphorisants, est une invitation à la bonne humeur.

Artiste spontané, Sliimy (avec deux "i", parce que c'est plus amusant selon l'artiste) pose en musique tout ce qui l'entoure. Ses muses? Les gens, les sentiments, les couleurs, les odeurs et le quotidien.

Certains le désignent déjà comme le Mika français, tant sa voix improbable est capable de sauter dans les aigus et de jouer avec les rythmes. Pourtant, avec l'insouciance qui caractérise ses 20 ans, Sliimy ne fait pas de plan de carrière. "Je n'ai commencé à écrire que très récemment. Auparavant, je n'avais sans doute pas la maturité", reconnaît-il modestement. Il évoque aussi la découverte de Lily Allen, de Kate Nash et de la pop britannique comme déclencheur.

La belle histoire Sliimy commence sur Internet. Le titre poignant "When Life" lui vaut la reconnaissance d'une vaste communauté. Mais la consécration vient avec la reprise audacieuse du "Womanizer" de Britney Spears, tout en "ah ah".

Depuis, le jeune chanteur a roulé sa bosse: signé chez Warner, il sort un premier album "Paint Your Face" le 6 avril, qui intègre le dansant "Trust Me" (une ode au bonheur), et la reprise reggae et acidulée de "Do you really want to hurt me" de Boy George.

Après avoir sillonné les petites salles et assuré quelques premières parties, Sliimy est en tournée dans toute la France pour faire surgir un arc-en-ciel dans le ciel nuageux de la crise.

A.V.