585509
mer, 19/04/2017 - 11:43, par Nathalie Paul

Printemps de Bourges 2017 : Renaud bouleversant en ouverture de festival

Le Phénix renaît de ses cendres, et Renaud s'est livré sans aucune retenue à son public lors de ce concert d'ouverture bouleversant du Printemps de Bourges, mardi 18 avril 2017.

Trois heures de concert. Renaud, que l'on avait trop vite enterré, est bel et bien revenu à la vie, porté par la scène, ses chansons et son public en concert d'ouverture du Printemps de Bourges. 

Dans un chapiteau du W rempli à craquer, le public a prouvé à Bourges ce mardi 18 avril qu'il n'avait pas lâché Renaud. Malgré une voix qui n'y est plus du tout, cassée par une rhinopharyngite mal venue, et laminée par des années d'excès et de dépression, Renaud lui était bien là. Littéralement porté par ses chansons immortelles, "Morgane de toi", "Dans mon HLM", "Mistral Gagnant", "En cloque", "Manu", "Dès que le vent soufflera", "Laisse béton"... Trop de chansons attendues par le public... du coup Renaud a offert un medley reprenant les tubes qu'il a pu composer depuis 40 ans. 

Sur "La Médaille", Renaud trébuche au deuxième couplet. "J'ai oublié les paroles".  "On est humain quand même" s'excuse à demi-mots le chanteur. Excuse inutile. Le public redouble de soutien et d'applaudissements.

Il fallait tendre l'oreille pour bien entendre toutes les paroles chantées par Renaud. Mais le public n'en n'a pas tenu rigueur à cet artiste, ce monument de la chanson, qui bien plus qu'un phénix est d'ores et déjà au Panthéon des immortels. Les chansons de Renaud, sa vie même, ne lui appartiennent plus. Peut être depuis que les fans de Renaud allaient le chercher dans les bistrots pendant des années pour le convaincre de remonter sur scène, comme le raconte l'artiste reconnaissant d'une telle fidélité.

Tendre et complice, il reprend avec le public (7000 personnes) Manhattan-Kaboul qu'il interprétait précédemment avec Axel Red. Il n'est pas rare de voir les yeux embués de larmes dans le public, conscient de voir sur scène un de ces monstres sacrés qui ont fait l'histoire de la chanson et du rock français.

Toujours taquin et plus que jamais "politique", Renaud a invité à "voter Emmanuel Macron" non sans ironie, lui  le libertaire qui affichait fièrement un T-shirt pour la libération de Yvan Colonna. 

Loin d'être un simple concert au format festival tronqué, le show qu'a proposé Renaud, entouré des excellents musiciens, était une expérience émotionnelle complète. En guise de décor, des vidéos plantent l'univers urbain et titi parisien de Renaud. Après trois heures de concerts, Renaud se décide à quitter la scène. Et finalement c'est le Phénix, majestueux et flamboyant qui salue le public d'un battement d'aile.