4 bassistes à ne pas rater sur scène Commentaires fermés sur 4 bassistes à ne pas rater sur scène 1375

Ils sont nombreux, les bassistes restés obscurs dont on oublie qu’ils font tenir l’architecture rythmique des concerts des plus grandes stars. Certains se détachent pourtant du lot en termes de notoriété et accrochent la lumière. Parce que leur créativité est forte. Que leur présence scénique irradie. Ou que leur technicité fait monter les enchères. Petite sélection de quelques bêtes de scène atypiques.

Flea des Red Hot Chili Peppers

Flea est l’un des membres originels de la joyeuse bande de lycéens californiens qui composa en 1983 les Red Hot Chili Peppers. Et un pilier du groupe avec le chanteur-rappeur Anthony Kiedis, C’est avec lui qu’il forme dans un premier lieu le groupe Anthem School, qui veut élaborer une synthèse entre le punk rock et le funk de Parliament et Funkadelic. Mais Flea quitte rapidement cette formation pour rejoindre Fear un groupe satirique qui s’avèrera culte et où toute l’excentricité de son jeu de basse s’élaborera. John Lydon, ex-Sex Pistols essaiera même d’ailleurs de la débaucher pour son nouveau groupe Public Image Limited. Mais Flea préfère rejoindre ses camarades de lycée qui ont fondé les Red Hot Chili Peppers. Probablement à raison car on lui laisse exprimer ici toute la démesure de son jeu de basse, en particulier sur leur second album « Freaky Styley » produit par George Clinton lui même. Sur scène, Flea est totalement dans la démesure, slappe, gigote, bondit, à tel point que cette énergie débordante lui vaudra quelques ennuis de santé, il subira une dépression nerveuse en 1994, juste après que le groupe se soit produit à Woodstock II, alors qu’il venait déjà d’exploser les compteurs sur scène au festival Lollapalooza (on y retrouvera régulièrement le groupe).

Mais les Red Hot Chili Peppers restent très actifs sur scène, y compris en cette fin des années 2010 où les concerts ont revêtu une importance prépondérante.

En jouant aux pied des pyramides égyptiennes en mars 2019, les Red Hot Chili Peppers rejoindront d’ailleurs un très petit club composé seulement de The Grateful Dead, Sting ou IAM.

Les Red Hot Chili Peppers se produiront pour un concert exceptionnel aux pied des pyramides de Gizeh en Egypte le 15 mars 2019.

Peter Hook de Warsaw/Joy Division/New Order

Qui aurait imaginé que le bassiste Pete Hook, artisan punk qui a révolutionné l’approche de la basse, avec un son si mélodique obtenu par accident, en décalant simplement le réglage de son ampli, se produirait devant une foule en liesse de jeunes mexicains ? Ceux qui ont déjà vu le « capitaine crochet » tanguer sur scène comme il prendrait d’abordage une foule en liesse, notamment en petit comité à Lorient, savent pourtant que ses concerts n’ont pas de prix.

Depuis presque 10 ans, « Hooky » pour les intimes revisite les répertoires de New Order puis de Joy Division sur scène. Après quelques récentes dates françaises, à Nantes ou à Saint-Malo notamment, il reviendra au printemps en France.

Peter Hook & The Light jouera le 8 mai 2019 à l’Epicerie Moderne à Feyzin, le 4 mai 2019 au Rockstore à Montpellier, le 5 mai 2019 au Cabaret Aléatoire à Marseille.

Robert Trujillo de Metallica

Virtuose de la basse, Robert Trujillo est une figure de la scène metal puisqu’il a fait partie de groupes aussi illustres que Suicidal Tendancies et son successeur Infectious Groove, Mass Mental, Black Label Society, JerryCantrell et Ozzy Osbourne. Jusqu’à finir par être débauché par le groupe fondé par James Hetfield et Lars Ulrich en 2003. Suite au départ de Jason Newsted, un casting est élaboré pour lui trouver un successeur.

Mais ni David Ellefson de Megadeth, ni Twiggy Ramirez de Marilyn Manson, ni Scott Reeder d’Unida, ni Pepper Keenan de Corrosion of Conformity. Metallica finit par débourser 1 million de dollars pour mettre à l’essai Robert Trujillo, qui fait la différence grâce à son jeu incandescent et brutal ainsi que par sa présence scénique.

Avant de se produire au Stade de France le 12 mai 2019, Metallica fera une halte en Europe du Sud, et notamment en Espagne le 5 mai 2019, le 5 mai 2019.

Gail Ann Dorsey charismatique bassiste égérie de David Bowie

Gail Ann Dorsey a aidé considérablement David Bowie à régénérer sa création à la fin des années 90. Cette musicienne élabore en effet un jeu puissant tout en étant à la fois empli de subtilités.

Elle a notamment participé à la tournée mondiale « A Reality Tour« . Mais aussi au concert de David Bowie à Glastonbury en 2000, 30 années après la première apparition du « thin white duke » sur cette scène.

Mais avant cela, la bassiste native de Philadelphie s’était déjà illustrée dans de nombreuses formations. Collaborant avec Boy George ou Concrete Blonde, faisant appel sur son premier album solo Eric Clapton, participant au 1, 2, 3 Soleils de Khaled/Rachid Taha et Faudel. Ces dernières années, on l’a beaucoup vue auprès de Lenny Kravitz.

Réservez vos places pour Sting en concert

Previous ArticleNext Article
X
X