actus

5 événements au cadre unique pour changer radicalement d’air

Par Nicolas Mollé le 11/07/2018 - Dernière mise à jour : 25/07/2018

5 événements au cadre unique pour changer radicalement d'air

Les vacances sont là. Alors que la France est déjà entrée dans le vif du sujet en termes de festivals et se confronte à une quasi overdose en termes d’offre, des évènements affinent une ligne plus singulière. Qu’il s’agisse, du cadre, du concept, de la période aussi. Les festivals les plus novateurs, surprenants, audacieux se déroulent ainsi peut être hors saison, en septembre, une fois le raz-de-marée estival passé. Voire en hiver quand il s’agit d’enfiler les skis. Petit aperçu de rendez-vous qu’il serait dommage de laisser inaperçus.

 

  • À Nantes Transfert se révèle bien plus qu’un décalque du Burning Man

 

 

Transfert n’est pas à proprement parler un festival. Plutôt une expérience de transition urbaine sur le site des anciens abattoirs de Rezé, près de Nantes, avant l’avènement du futur quartier Pirmil – Les Isles. Jusqu’en 2022, cette friche est devenue une sorte de laboratoire artistique et récréatif à ciel ouvert, piloté par trois talents complémentaires : la scénographe Carmen Beillevaire, le réalisateur Sébastien Marqué et Nicolas Reverdito, le directeur de Pick Up Production, organisateur du très côté festival Hip Opsession.

Le résultat est bluffant : en pleine zone sableuse aux allures de mini-désert, un navire échoué, des tours baroques de bric et de broc, un crâne de vache géant éjecté d’un cauchemar de Lucky Luke servant de toboggan pour les enfants. Bref une sorte d’oasis ressemblant furieusement à première vue à l’idée qu’on se fait du fameux festival californien Burning Man. Parfait pour attirer les métalleux déjà nostalgiques du Hellfest. Sauf qu’ici c’est plutôt le rap qui s’impose dans les enceintes.

S’y mélangent allégrement d’ex-parisiens néo-nantais aux allures de hipsters, des rézéens plus rock and roll, des familles Roms installées dans le camp voisin. Depuis son ouverture Transfert revendique déjà 22.500 visiteurs. Avec différents ateliers et animations loufoques. On pourra aussi y assister à des sets pétaradants de DJ Abdel et de Crazy B ce samedi 14 juillet 2018. Et on attend désormais avec une certaine impatience la prestation du 30 août 2018 de la rappeuse Casey.

 

  • La Route du Rock 2018 cadre hors-normes pour programmation unique

 

 

Du 16 au 19 août 2018, la Route du Rock à Saint-Malo s’imposera d’abord par son cadre assez unique. Le festival se déroule en effet entre la salle La Nouvelle Vague à l’entrée de la ville, la plage Arte Concerts intra-muros aux pieds des remparts et le Fort de Saint-Père à une dizaine de kilomètres de Saint-Malo. Or ce Fort de Saint-Père constitue un cadre assez exceptionnel. Il a été construit au 18ème siècle sous le règne de Louis XVI pour protéger la cité corsaire des attaques anglaises.

Les contreforts de la poudrière servent de loges aux artistes, l’arsenal de cantine, le bastion du Roi de locaux administratifs et de direction et le bastion de la Reine, d’espace-presse. Jusqu’en 2005 et l’effondrement partiel d’un rempart, les festivaliers installaient leur tente dans le fossé du fort.

Après PJ Harvey ou Interpol en 2017, cette année, la programmation offrira comme souvent le meilleur des fleurons « indés » (Superorganism, Protomartyr, Shame…) mâtiné de solides références comme Etienne Daho, Phoenix ou Patti Smith.

 

  • DéDaLe met le « street art » à l’honneur à Vannes

 

 

Dans le Morbihan le bord de mer somptueux se prête à des évènements atypiques. Mais difficile de dire si Children of the summer end, luxueux et ambitieux festival annoncé sur l’île de Gavrinis de Pierre-Ange Le Pogam sera autre chose qu’un rêve. Microclimax sur l’île de Groix, malgré une programmation intrépide, a dû lui jeter l’éponge sous la pression gendarmesque (et financière).

Alors on se consolera avec DéDaLe. Pas vraiment un festival musical, plutôt un projet d’occupation artistique d’une friche, comme Transfert à Nantes. Cette fois il s’agit d’un ancien bâtiment administratif accolé au port et laissé en jachère. Voué à être détruit en 2020, il accueille d’ici là sur plusieurs étages de nombreux artistes internationaux, nationaux et plus locaux dans le domaine du « street art » (Michael Broth, Luis « Seven » Martin, Erika Raio, Franck Lesieur…). Un art urbain sanctifié dans sa version plus expérimentale au troisième étage, non accessible.

Côté musique, les interconnections s’effectuent en direction de la salle de musiques actuelles voisine l’Echonova qui utilisera le DéDaLe Café le 13 septembre 2018 pour annoncer sous forme de « blind test » sa programmation 2018. Sans parler d’une déclinaison de la programmation « off » du Festival Jazz en Ville, toujours au Dédale Café.

 

  • Convenanza défie les convenances en plein Carcassonne

 

 

Dans le sud de la France, en dehors du Yeah Festival, il faut bien évidemment compter sur le Convenanza. Ce festival porté et parrainé par le pionnier de l’électronique anglaise la plus culte Andrew Weatherhall s’était déroulé exceptionnellement à Sète l’an dernier. En 2018,  il se tiendra les 21 et 22 septembre en pleine cité médiévale de Carcassonne, cité du catharisme. Il s’agira de la sixième édition. Cette année, l’artiste Felice Varini projettera ses créations anamorphiques sur les remparts.

Avec au programme Andrew Weatherhall « himself » bien sûr. Mais aussi The Limiñanas accompagnés de Pascal Comelade et d’Emmanuelle Seigner. Kuniyuki. A love from outer space. Die wilde jagd. Komodo Kolektif. Ou Otto.

 

  • Rock the pistes et les guitares feulent sur la poudreuse

 

 

Après l’automne viendra l’hiver et certains pensent déjà aux sports de glisse. Le festival Rock the pistes est à cet égard parfait. Parce qu’il proposera en mars 2019 des concerts pour tous les skieurs en journée sur des scènes éphémères réparties entre différents domaines skiables entre la France et la Suisse. L’an dernier plus de 35 concerts avaient été programmés à Avoriaz, Morgins, au Chatel, à Champéry-Les-Crosets. Grâce à un pass « Ski Concert », 28000 festivaliers avaient notamment pu assister à des prestations au milieu de la neige de FFF, Stephan Eicher, Triggerfinger, Oscar and the wolf…

Soit 5 artistes majeurs en concert sur les pistes à 13h30 (les concerts débutent dès 12h30 avec des warm-up DJ set). Et plus de 30 concerts en après-ski au coeur des stations avec des artistes émergents de la scène internationale.

0

Partager sur ...

Tags

    billetterie