5 festivals dans la tourmente 1

La vie des festivals est tout sauf un long fleuve tranquille. Le Collectif des festivals se faisait d’ailleurs l’écho tout récemment de leur mise sous pression financière à l’occasion des Trans Musicales de Rennes. Déjà fragilisés par de nombreuses incertitudes économiques, certains subissent même d’autres aléas : sinistres, délinquance, changement de majorité politique. Concertlive s’est intéressé à cinq événements qui connaissent actuellement l’adversité.

  • Les locaux du Hellfest subissent un redoutable incendie

 

 

Impressionnant. Un incendie a ravagé les locaux du Hellfest à Cugand hier, jeudi 8 décembre 2016, aux alentours de 12 h 30  Le départ de feu a trouvé sa source depuis un bâtiment abritant le stock du festival, où étaient entreposés des tee-shirts, des cartons, tout le merchandising du Hellfest. 45 pompiers ont réussi à maîtriser le brasier peu avant 16 h 30 et à circonscrire les dégâts.

L’accident ne remet pas en cause l’organisation du festival, qui se déroulera comme prévu les 16, 17 et 18 juin 2017 à Clisson près de Nantes. Mais l’événement, c’est le cas de le dire, a eu chaud. Le témoignage de Ben Barbaud, fondateur du festival, est à ce titre édifiant.

  • Valérie Pécresse ne veut plus du Festival d’Ile-de-France

 

 

La droite aurai-t-elle une conception sectaire de la culture ? La nouvelle majorité régionale dirigée par Valérie Pécresse semble en tout cas déterminée à « liquider » le festival d’île-de-France. Un événement qui a pourtant fait ses preuves en matière d’exigence artistique et d’ouverture musicale, programmant l’an dernier des artistes comme Bachar Mar-Khalifé ou Fred Pallem. Et accueillant même une personnalité culturelle et politique de premier choix comme Youssou N’Dour. Un événement qui était aussi, et c’est là qu’est le hic, financé à 80 % par la région jadis dirigée par Jean-Paul Huchon. Comme l’explique Télérama. Et qui n’a pas su faire la preuve, contrairement à Rock en Seine, de son autonomie économique.

Dès lors que l’institution maintenant pilotée par Les Républicains prévoit une baisse de 68% de sa subvention annuelle, laquelle passerait de 1 567 000 euros à 500 000 euros en 2017 si elle est votée lors du Conseil régional d’Ile-de-France en janvier prochain, le festival est condamné de facto.

  • Bientôt le moment de vérité pour Rock Dans Tous Ses États

 

 

L’édition 2017 du Rock Dans Tous Ses États, prévue en juin prochain, est fortement menacée. Depuis quelques années, le festival d’Evreux va de sursis en sursis. Mais le départ de son directeur et de son programmateur comme l’explique Paris-Normandie, pourraient bien lui porter un coup fatal. Et ce en dépit d’une des programmations les plus sophistiquées du moment, relativement indépendante des gros plannings de tournée et capable néanmoins d’accueillir près de 20.000 festivaliers. Grâce à Louise Attaque, Odezenne ou Grand Blanc en 2016.

Le problème ici réside surtout dans un déficit de près de 250.000 euros que l’édition à succès de l’an dernier n’a pas réussi à combler. La ville d’Evreux a été invoquée en dernier recours. Un conseil municipal, convoqué lundi prochain, le 12 décembre 2016, pourrait décider si des fonds sont débloqués ou pas pour sauver le festival rock d’Évreux.

  • Des cambrioleurs s’en prennent aux billets de La Nuit de l’Erdre

 

 

Le succès attire parfois les convoitises. Fier de pouvoir annoncer sur son affiche 2017 Les Insus ?, groupe célèbre pour des hits comme « Argent trop cher », le festival La Nuit de l’Erdre n’en a pas moins vu ses bureaux cambriolés. L’acte délictueux a été commis le week-end dernier, celui du samedi 3 décembre et dimanche 4 décembre 2016. Parmi les pertes à déplorer, certains billets ont été volés. Ses titres dérobés sont désormais en circulation.

Ils comportent tous un numéro à cinq chiffres. Les tickets concernés sont ceux du vendredi (37 €) allant du numéro 01166 au numéro 01200 ainsi que les pass deux jours à 67 € du numéro 00755 au numéro 00800. Et les pass deux jours à 55 € de 00421 à 00450. Ces documents ont été invalidés par la direction du festival qui a suspendu la billetterie temporairement. Mais les billets achetés en novembre 2016 par exemple sont tout à fait valables.

Une telle mésaventure renvoie d’ailleurs plus globalement à la problématique de la contrefaçon, aujourd’hui centrale dans les préoccupations de nombreux festivals.

  • Le Motocultor joue sa survie

 

 

Malgré une édition 2016 flamboyante, le Motocultor Festival est embourbé. Et ce à tel point qu’une campagne de don sur trois mois en soutien au festival vient d’être lancée sur la plate-forme de crowdfunding Helloasso. Pour éviter la cessation de paiements avant la dixième édition. Le festival, prévu à Saint-Nolff dans le Morbihan les 18, 19, 20 août 2017, est dans une situation financière qu’il qualifie lui même de « délicate » dans un communiqué. Il s’était engagé une bonne partie de l’année 2016 dans une démarche de développement de nouveaux partenariats publics.

La Région Bretagne ainsi que le Morbihan ont rejoint Vannes Agglo comme partenaire du festival en juin dernier. Ces négociations ont néanmoins ralenti l’élaboration de la programmation 2016. D’après le festival, l’annonce tardive de la moitié de la programmation, entre le 20 mai et le 15 juin 2016, explique en partie la baisse de fréquentation pour l’édition 2016 (20800 entrées). La dette globale a augmenté de 34.000 euros. Plusieurs membres de l’association, qui aidaient, par le biais de prêts, à avoir la trésorerie nécessaire à l’organisation du festival, ne le permettent plus aujourd’hui. Alors le Motocultor s’adresse à tous les donateurs potentiels, rappelant que pour chaque don, le contributeur peut bénéficier d’une déduction sur ses impôts.

Previous ArticleNext Article

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Tarif membre : Rennes

Tarif préférentiel membre