5 festivals dans la tourmente 1 421

La vie des festivals est tout sauf un long fleuve tranquille. Le Collectif des festivals se faisait d’ailleurs l’écho tout récemment de leur mise sous pression financière à l’occasion des Trans Musicales de Rennes. Déjà fragilisés par de nombreuses incertitudes économiques, certains subissent même d’autres aléas : sinistres, délinquance, changement de majorité politique. Concertlive s’est intéressé à cinq événements qui connaissent actuellement l’adversité.

  • Les locaux du Hellfest subissent un redoutable incendie

 

 

Impressionnant. Un incendie a ravagé les locaux du Hellfest à Cugand hier, jeudi 8 décembre 2016, aux alentours de 12 h 30  Le départ de feu a trouvé sa source depuis un bâtiment abritant le stock du festival, où étaient entreposés des tee-shirts, des cartons, tout le merchandising du Hellfest. 45 pompiers ont réussi à maîtriser le brasier peu avant 16 h 30 et à circonscrire les dégâts.

L’accident ne remet pas en cause l’organisation du festival, qui se déroulera comme prévu les 16, 17 et 18 juin 2017 à Clisson près de Nantes. Mais l’événement, c’est le cas de le dire, a eu chaud. Le témoignage de Ben Barbaud, fondateur du festival, est à ce titre édifiant.

  • Valérie Pécresse ne veut plus du Festival d’Ile-de-France

 

 

La droite aurai-t-elle une conception sectaire de la culture ? La nouvelle majorité régionale dirigée par Valérie Pécresse semble en tout cas déterminée à « liquider » le festival d’île-de-France. Un événement qui a pourtant fait ses preuves en matière d’exigence artistique et d’ouverture musicale, programmant l’an dernier des artistes comme Bachar Mar-Khalifé ou Fred Pallem. Et accueillant même une personnalité culturelle et politique de premier choix comme Youssou N’Dour. Un événement qui était aussi, et c’est là qu’est le hic, financé à 80 % par la région jadis dirigée par Jean-Paul Huchon. Comme l’explique Télérama. Et qui n’a pas su faire la preuve, contrairement à Rock en Seine, de son autonomie économique.

Dès lors que l’institution maintenant pilotée par Les Républicains prévoit une baisse de 68% de sa subvention annuelle, laquelle passerait de 1 567 000 euros à 500 000 euros en 2017 si elle est votée lors du Conseil régional d’Ile-de-France en janvier prochain, le festival est condamné de facto.

  • Bientôt le moment de vérité pour Rock Dans Tous Ses États

 

 

L’édition 2017 du Rock Dans Tous Ses États, prévue en juin prochain, est fortement menacée. Depuis quelques années, le festival d’Evreux va de sursis en sursis. Mais le départ de son directeur et de son programmateur comme l’explique Paris-Normandie, pourraient bien lui porter un coup fatal. Et ce en dépit d’une des programmations les plus sophistiquées du moment, relativement indépendante des gros plannings de tournée et capable néanmoins d’accueillir près de 20.000 festivaliers. Grâce à Louise Attaque, Odezenne ou Grand Blanc en 2016.

Le problème ici réside surtout dans un déficit de près de 250.000 euros que l’édition à succès de l’an dernier n’a pas réussi à combler. La ville d’Evreux a été invoquée en dernier recours. Un conseil municipal, convoqué lundi prochain, le 12 décembre 2016, pourrait décider si des fonds sont débloqués ou pas pour sauver le festival rock d’Évreux.

  • Des cambrioleurs s’en prennent aux billets de La Nuit de l’Erdre

 

 

Le succès attire parfois les convoitises. Fier de pouvoir annoncer sur son affiche 2017 Les Insus ?, groupe célèbre pour des hits comme « Argent trop cher », le festival La Nuit de l’Erdre n’en a pas moins vu ses bureaux cambriolés. L’acte délictueux a été commis le week-end dernier, celui du samedi 3 décembre et dimanche 4 décembre 2016. Parmi les pertes à déplorer, certains billets ont été volés. Ses titres dérobés sont désormais en circulation.

Ils comportent tous un numéro à cinq chiffres. Les tickets concernés sont ceux du vendredi (37 €) allant du numéro 01166 au numéro 01200 ainsi que les pass deux jours à 67 € du numéro 00755 au numéro 00800. Et les pass deux jours à 55 € de 00421 à 00450. Ces documents ont été invalidés par la direction du festival qui a suspendu la billetterie temporairement. Mais les billets achetés en novembre 2016 par exemple sont tout à fait valables.

Une telle mésaventure renvoie d’ailleurs plus globalement à la problématique de la contrefaçon, aujourd’hui centrale dans les préoccupations de nombreux festivals.

  • Le Motocultor joue sa survie

 

 

Malgré une édition 2016 flamboyante, le Motocultor Festival est embourbé. Et ce à tel point qu’une campagne de don sur trois mois en soutien au festival vient d’être lancée sur la plate-forme de crowdfunding Helloasso. Pour éviter la cessation de paiements avant la dixième édition. Le festival, prévu à Saint-Nolff dans le Morbihan les 18, 19, 20 août 2017, est dans une situation financière qu’il qualifie lui même de « délicate » dans un communiqué. Il s’était engagé une bonne partie de l’année 2016 dans une démarche de développement de nouveaux partenariats publics.

La Région Bretagne ainsi que le Morbihan ont rejoint Vannes Agglo comme partenaire du festival en juin dernier. Ces négociations ont néanmoins ralenti l’élaboration de la programmation 2016. D’après le festival, l’annonce tardive de la moitié de la programmation, entre le 20 mai et le 15 juin 2016, explique en partie la baisse de fréquentation pour l’édition 2016 (20800 entrées). La dette globale a augmenté de 34.000 euros. Plusieurs membres de l’association, qui aidaient, par le biais de prêts, à avoir la trésorerie nécessaire à l’organisation du festival, ne le permettent plus aujourd’hui. Alors le Motocultor s’adresse à tous les donateurs potentiels, rappelant que pour chaque don, le contributeur peut bénéficier d’une déduction sur ses impôts.

Previous ArticleNext Article

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Etienne de Crécy nouveau membre de l’équipage Check In Party 2019 0 81

Le festival le plus ambitieux de la Creuse Check in Party vient n’annoncer la venue de neuf nouveaux membres à sa programmation.

Etienne de Crécy Space Echo Live, Slaves, Yak, Paula Temple, Jacco Garner, Julia Jacklin, Touts, Puts Marie, Ouai Stéphane.

Etienne de Crécy Space Echo Live

Avec cette nouvelle et ultime salve, la programmation du jeune festival Check In Party est désormais complète.

La programmation mêle ainsi les styles, avec comme point commun l’audace et la forte personnalité.

Programmation

Jeudi 22 août : Patti Smith – Jeanne Added – Clara Luciani – Julia Jacklin – Le Prince Miiaou

Vendredi 23 août : Foals – Gogol Bordello –  Slaves – The Inspector Cluzo – Yak – Paula Temple – La Colonie de Vacances / quadraphonic show – Lysistrata – Oktober Lieber – It It Anita – The Psychotic Monks – Puts Marie – Namdose

Samedi 24 août : The Blaze – Etienne de Crecy Space Echo Live – Thee Oh Sees – Balthazar – Deerhunter – Flavien Berger – Altın Gün – Jacco Gardner – BODEGA – La Colonie de Vacances  / quadraphonic show – black midi – Crack Loud – Touts – Ouai Stephane…


Billetterie et réservation
➤ PASS 3J : 68€ / ➤ PASS 2J (JEU + VEN) : 56€ / PASS 2J (VEN + SAM) : 48€ / PASS 1J JEU : 37€ / PASS 1J VEN ou SAM : 30€ 
Boarding pass disponibles sur www.checkinparty.com

La standardisation des villes menace la création et les lieux de concerts Commentaires fermés sur La standardisation des villes menace la création et les lieux de concerts 634

Alors que la scène rock, notamment au sein de la capitale, fourmille, les pouvoirs publics distribuent les fermetures administratives pour les petits lieux de diffusion alternatifs. Mais gérer la gentrification ne se limite pas à une réglementation sur le bruit drastique et sans concertation. Les grandes villes comme Paris ou Nantes multiplient les initiatives pour tenter de s’adapter aux mutations urbaines, entre standardisation mondialisée et poches de résistance citadines où s’élabore aussi la création musicale de demain.

« Dans la rue, y’a plus que des matons, tous les apaches sont en prison, tout est si calme, ça sent le pourri, Paris va crever d’ennui « , chantait La Mano Negra en 1991. On était alors à la fin de l’ère Chirac à la mairie de Paris. Près de 30 ans plus tard, le tableau a-t-il réellement changé ? L’achèvement de la gentrification de Paris ou celle, en cours, de Nantes, n’est-t-il pas en train de chasser le rock saturé et la bière tiède au profit de la house au kilomètre et des sushis décongelés ?

La jeune scène rock connaît pourtant un incroyable regain ces temps-ci. Dans un registre punk/garage/post punk ou rock’n’roll orthodoxe, les noms se bousculent sur la ligne de départ : Howlin’Jaws, Belleville Cats, Os Noctàmbulos, les Daltons, Dharma Jerks, Rat Pack, Shupa, Chrome Reverse, Brain Eaters. « Ils jouent dans de petits lieux pour moins de 8 euros, souvent 5 euros et parfois même « au chapeau » (NDLR : sans tarif fixé, sur don). On les retrouve, à Paris et beaucoup à Montreuil, dans des lieux comme le Supersonic, l’Olympic Café, l’Alimentation Générale, le Black Star, le Relais de Belleville, le Zorba, le Bar de la Poste », explique Eric Tandy, parolier des Olivensteins, auteur du cinglant et sarcastique « Fier de ne rien faire« , journaliste, commissaire d’exposition et conférencier spécialiste du rock. « Les Lullies qui viennent de province, sont pour moi le meilleur groupe de rock du moment et pas seulement en France ! » Un vivier particulièrement dynamique qui survient paradoxalement au moment d’un tour de vis des pouvoirs publics que certains ne sont pas loin de comparer aux années Giuliani à New York.

Fermetures administratives à répétition, plaintes pour tapage nocturne, durcissement de la réglementation sur le son…la vie des bars diffusant de la musique « live » et même des salles de spectacle n’est donc pas de tout repos au sein de la capitale. Des lieux comme La Machine du Moulin Rouge, des cafés-concerts comme la Mécanique ondulatoire, l’Espace B, le Pop In, la Féline, l’Udo ont, parfois provisoirement, parfois définitivement, dû baisser le rideau. Sans parler des discothèques l’Élysée-Orient et Les Nuits Fauves. Une hausse significative des fermetures administratives, avec un accroissement de 17,15 % des établissements clos entre 2017 et 2018 qui a même amené le préfet de police de Paris à se justifier.

Problèmes de drogues, de rentabilité économique, de voisinage, les raisons de ces coups d’arrêt sont multiples. L’activité de ces lieux de diffusion de musique amplifiée pose surtout, au delà des limites légales avec lesquelles ils ont parfois du mal à totalement cadrer, la question de leur non conformité avec les normes sociales. Pour une Cantada, baroque, gothique et ouverte aux esthétiques « underground » dans le quartier Oberkampf, combien de Starbucks Coffee interchangeables et kafkaïens ?

Les lieux où sont organisés des concerts rock détonnent. Hirsutes, bruyants, turbulents, atypiques, ils apportent un peu de passion dans leurs quartiers d’adoption. Mais débordent aussi fréquemment. Le nouveau décret sur le son n’a paradoxalement pas apaisé le climat. Applicable depuis octobre 2018, ce texte de loi n° 2017-1244 du 7 août 2017 a même ravivé les tensions.

Les professionnels du Prodiss, le syndicat national du spectacle musical et de variété, reprochent à l’Etat de ne pas avoir écouté son « avis sur le plan artistique, technique, la pertinence des mesures et sur l’impact économique. Les professionnels via AGI-SON, consultés lors de l’écriture du décret, avaient souligné les points qui ne pouvaient pas être compatibles, techniquement, avec la physique du son ou les esthétiques et pratiques artistiques. » Les professionnels demandent en conséquence aux ministères une révision du décret. « Ni réaliste, ni optimal, ce décret aura des conséquences lourdes sur le spectacle et la filière toute entière (artistes, producteurs, diffuseurs, salles, festivals, équipes techniques) comme pour les spectateurs », ajoute le Prodiss, qui s’est lancé dans une campagne active intitulée « OK pour un décret son qui ne met pas la scène KO« .

Le Prodiss regroupe près de 350 entrepreneurs de spectacles et des salles comme le Bataclan, le Café de la Danse à Paris, le Galaxie à Amnéville ou la Halle Tony-Garnier à Lyon. Car la problématique est loin d’être exclusivement parisienne, même si le phénomène de la gentrification de l’Est de la capitale est l’un des plus spectaculaires. À Nantes aussi, un lieu alternatif associatif comme La Dérive, dans l’Est de la ville, qui organise de telluriques concerts punk rock mais est mal insonorisé, reçoit de fréquentes visites d’employés de la Maison de la tranquillité publique. « Cette problématique reste importante pour nous même si nos 140 adhérents l’ont dépassée par rapport aux années 1995-2000 », explique-t-on à la Fedelima, fédération des lieux de musiques actuelles basée à Nantes. « Depuis 5 ans, aucun de nos adhérents n’a subi de fermeture administrative, ils sont suffisamment structurés pour organiser au mieux leur isolation phonique. » Adhérent de la Fedelima, une salle comme Stereolux a succédé à l’Olympic, quittant le quartier Chantenay, pris d’assaut par les hipsters, pour l’île de Nantes, où la pression démographique commence elle aussi néanmoins à se faire sentir.

Pour canaliser et désamorcer les problèmes de bruit, de voisinage voire de délinquance, les professionnels et les pouvoirs publics redoublent d’efforts. Pour limiter le phénomène des squats, avec son lot d’incertitudes sanitaires et sécuritaires, le pouvoir municipal PS à Nantes finance même des travaux et collabore avec certains collectifs d’artistes. Outre l’association AGI-SON a aussi été créée la plate-forme de la vie nocturne. Un espace informel sans réelle existence juridique mais qui a le mérite de rassembler dirigeants de salles de concerts, mairies et gérants de cafés-concerts membres du collectif Culture Bar-Bars, les plus impactés par les remous urbains de par leur localisation, de plain pied sur les pavés. C’est souvent au sein du laboratoire Bar-Bars que s’entrechoquent les éprouvettes qui généreront in vitro les stars de demain. Et la création musicale, fragilisée côté production par le passage au numérique, ne peut décemment se passer de cette étape.

6 artistes qui ont changé le visage de la musique électronique Commentaires fermés sur 6 artistes qui ont changé le visage de la musique électronique 901


La techno et la musique électronique sont des genres neufs, y compris et surtout scéniquement. Mais, avec seulement quelques dizaines d’années au compteur, le dernier style musical innovant de l’histoire contemporaine (par son son, ses habitus, sa contre-culture) est déjà, crise de la musique enregistrée oblige, à l’heure du bilan. Panorama d’un patrimoine moderne à travers six portraits de musiciens qui l’ont fait bouger sur ses centres de gravité.

Laurent Garnier pionnier solide de la techno à la française

Laurent Garnier a su habilement se construire une image de Dieu le père de la techno en France, grâce notamment à son immersion dans la club culture balbutiante à Londres ou Manchester, qu’il a par la suite connectée à l’essor hexagonal du mouvement rave. Mais la personnalité de l’homme va au delà de l’hédonisme, d’une certaine institutionnalisation du genre, du strass et des paillettes.

Citoyen, engagé, il n’a jamais oublié ses racines foraines et s’est toujours positionné fermement contre un parti néo-fasciste comme le Front National/RN. Il joue d’ailleurs fréquemment le fameux « Porcherie » de Bérurier Noir en clôture de ses sets. Il est aujourd’hui à l’oeuvre derrière le festival Yeah ! au Château de Lourmarin dont la prochaine édition se tiendra les 7, 8 et 9 juin 2019, avec annonce de la programmation et ouverture de la billetterie le 4 mars 2019 à 10 h 30.

Laurent Garnier se produira le 24 mars 2019 au Rex Club à Paris puis au festival Nuits Sonores à Lyon le 31 mai 2019 ainsi qu’à We Love Green le 1er juin 2019 ou au Dour Festival le 11 juillet 2019.

Gary Numan le clown triste au synthé grinçant

Show man hors pair, clown blanc inquiétant, Gary Numan est non seulement un génie incompris en avance sur son temps. Mais aussi un acharné, dont la longévité laisse pantois. Depuis la fin des années 90, sa carrière a même connu un nouveau virage vers le rock industriel façon Nine Inch Nails ou Ministry.

Il a débuté en 1977 avec Meanstreet un petit groupe punk avant de former Tubeway Army qui connaîtra un succès important avec « Are « Friends » electric ? ». Maniaque du synthé, excentrique aux costumes de scène incroyables et à l’esthétique fignolée, il a eu plusieurs tubes comme « Cars« , n°1 en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis et fait l’objet d’un véritable culte au Royaume-Uni.

Gary Numan se produira le samedi 13 avril 2019 au Fiddlers Club à Bristol avec…Kraftwerk.

Kraftwerk à l’épreuve du temps

Kraftwerk, c’est l’Allemagne post-moderne, la civilisation Kodak qui pour tromper son ennui après une dure journée de labeur au contact de solides machines, enfante un univers artistique inouï. Au delà d’une imagerie saisissante et d’une esthétique vertigineuse, qui a inspiré des alter ego du côté de Détroit, le quatuor de Düsseldorf a aussi innové techniquement comme très peu parmi les pionniers de la musique électronique.

Au sein de leur studio Kling Klang, en 1977, ils s’appuyèrent sur l’un des tous premiers séquenceurs, fabriqué par Matten et Wiechers, concepteur de synthétiseurs basé à Bonn. Cet instrument à l’époque hors de prix, raccordé à un clavier mini-Moog, avant la technique Midi, le séquenceur digital ou le programme musical informatique, permettait un accompagnement pré-enregistré en plus de celui accompli par les musiciens.

Le groupe Kraftwerk donnera des concerts dans sa formule 3D les 27 et 28 juin 2019 au Teatro Romano Di Ostia dans le cadre du festival Rock In Roma, les 11, 12 et 13 juillet 2019 au festival Days Off à la Cité de la Musique/Philharmonie de Paris, le 31 juillet 2019 à l’hippodrome Manuel Possolo à Cascais au Portugal dans le cadre du festival EDP Cool Jazz.

New Order a imposé en précurseur la nouvelle donne electro

Il y a évidemment un avant et un après New Order dans l’histoire de la musique moderne. Sans eux, pas de Chemical Brothers, pas de Rythmes Digitales ni de DMX Krew, tout un pan de la production pop électronique n’existerait tout simplement pas.

Notamment grâce à leur phénoménal « Blue Monday », saturé d’effets de production ébouriffants, maxi resté le plus vendu de tous les temps (et pour cause, le format maxi est de toute façon en voie d’extinction complète). Ou à leur « Confusion » co-produit avec Arthur Baker, pape du hip-hop new yorkais avec Afrika Bambaataa. Mais à la différence de leurs grands rivaux Depeche Mode, le groupe a eu une vie, sombre, tendue mais passionnante à travers Joy Division, avant de connaître un succès planétaire.

Les New Order seront en tournée en Europe l’été prochain avec des dates le dimanche 16 juin 2019 à Water Plaza à Kallithea en Grèce, le 18 juillet 2019 au Lovell Telesqcope de Macclesfield au Royaume-Uni, le jeudi 15 août 2019 au Paredes de Coura Rock Festival au Portugal, le vendredi 16 août 2019 à Biddinghuizen aux Pays-Bas, le 25 août 2019 au Victorious Festival de Portsmouth .

Aphex Twin le sorcier du son en vedette de Rock en Seine

La venue à Paris d’Aphex Twin est un évènement. Pas si courant par ici, voilà l’un des artistes les plus cultes enfantés par le label Warp de Sheffield. Même si ses projections sur grand écran arty et délirantes frôlent régulièrement le grand art, le gourou de l’électro, calé derrière ses moniteurs, n’est pas à proprement parler un « performer ».

C’est en effet surtout la musique enregistrée qu’il a révolutionné, faisant évoluer l’esthétique techno hédoniste et physique vers des miniatures conceptuelles ultra mélodiques faisant passer au prisme d’une sensibilité aquarelliste l’héritage des saturations breakbeat et des rythmes hardcore.

Aphex Twin constituera l’une des attractions de la prochaine édition de Rock en Seine à Paris le 25 août 2019 au Domaine National de Saint-Cloud.

Juan Atkins maître du son de Détroit avec Kevin Saunderson et Derrick May

La techno est noire et américaine, avant tout. Ne jamais l’oublier. Musique de parias, de saltimbanques, de déracinés, ce genre profondément enraciné dans le no man’s land social engendré par les restructurations de l’industrie automobile de Détroit aux Etats-Unis a été propulsé dans les clubs d’Europe sous l’impulsion d’un fameux trio : Juan Atkins, Kevin Saunderson et Derrick May.

Juan Atkins débute la musique en jouant de la batterie et de la basse. Il découvre pèle mêle à la radio, dans l’émission d’un certain Charles Johnson alias The Electrifying Mojo le funk le plus mutant de Funkadelic ou Parliament, la post-disco de Georgio Moroder ainsi que la new wave ou la pop synthétique de Kraftwerk ou de Telex. De quoi lui inspirer sa techno minimale proche de l’electro funk.

Juan Atkins jouera le 1er juin 2019 au Zuiderpark de La Hague aux Pays-Bas, le 7 juin 2019 au WesternUnie à Amsterdam, le 24 août 2019 à Kiev en Ukraine.

France Bleu diffuse le concert des Enfoirés le 8 mars à 21h 0 417

France Bleu se mobilise pour les Restos du Cœur avec les Enfoirés :

·        Du 4 au 8 mars, de 19h à 20h, revivez les coulisses des Enfoirés :

o   … Avec des bénévoles, techniciens, maquilleurs, coiffeurs, accessoiristes, décorateur, réalisateur…

o   … Avec les interviews de Patrick Bruel, Claudio Capéo, Amir, Isabelle Nanty, Liane Foly, Jean-Baptiste Maunier, Philippe Lacheau,Tarek Boudali, Élodie Fontan, Julien Arruti, Pauline Lefevre, Lorie Pester, Thomas Dutronc, Bénabar, MC Solaar, Soprano, Michael Jones, Ary Abittan, Kendji Girac, Les Inconnus  – Bernard Campan, Pascal Légitimus, Didier Bourdon

Des interviews à retrouver en vidéo sur francebleu.fr

·        Le 8 mars, retrouvez le concert en simultané avec les 42 Enfoirés, une trentaine de tableaux et une dizaine de sketches sur France Bleu !

·        Les 9 et 10 mars, week-end spécial « 2019 le monde des Enfoirés » sur France Bleu !

o   France Bleu diffuse, toutes les deux heures, tous les titres de l’album « le Monde des Enfoirés » !

Le CD/DVD du concert est mis en vente dès le 9 mars dans les points de vente habituels.

Et comme chaque année, les bénéfices dans leur intégralité seront reversés aux Restos du Cœur :

1 CD/DVD acheté, c’est 17 repas offerts aux Restos du Cœur !

6 festivals innovants qui projettent la musique live dans le futur Commentaires fermés sur 6 festivals innovants qui projettent la musique live dans le futur 956

Il faut connaître la glorieuse mémoire des festivals pour savoir s’affranchir du passé. Après un tour d’horizon des festivals qui ont marqué l’Histoire, voici ceux qui se conjuguent au futur, innovent technologiquement ou esthétiquement. De South by Southwest à Villette Sonique en passant par Motocultor.

Le South by Southwest à Austin paradis des défricheurs


Voilà un trio de festivals réputé à Austin : musique avec SXSW Music, cinéma avec SXSW Film et médias interactifs avec SXSW Interactive. Sans parler d’un festival de rue étonnant. Les défricheurs, programmateurs, directeurs artistiques du monde entier s’y pressent chaque année. Attirés par un nec plus ultra multidisciplinaire conviant à son affiche des groupes tels que American Werewolf Academy (punk rock), Urban Hype (afro pop), Dead Soft (grunge) ou Haiku Hands (pop) qui sont peut être les « next big thing ». Mais aussi par le passé des stars confirmées telles que Jaïn ou Lana Del Rey. Côté cinéma, on a pu y découvrir par le passé des films tels que « Démineurs » de Kathryn Bigelow ou y assister à un hommage à Alex Chilton qui décéda juste avant de s’y produire surs cène avec le groupe Big Star. Au SXSW ça phosphore sévère avec des conférences et des ateliers immergés dans les problématiques les plus high tech, à tel point qu’en 2009, les réseaux de fournisseurs télécoms AT & T ont failli flancher, principalement en raison d’utilisation intensive d’iPhone.

La prochaine édition de South by Southwest se déroulera du 8 au 17 mars 2019.

L’Electric Daisy Carnival se décline à Mexico et Las Vegas

Déjà ancien, nominé sept fois aux International Dance Music Awards, l’Electric Daisy Carnival se déroule rituellement à Las Vegas même si cette année, en 2019, il se tiendra aussi à Mexico City les 23 et 24 février 2019. L’événement s’est d’ailleurs décliné à Puerto Rico, au Royaume-Uni, au Japon, au Brésil ou en Inde. Sa finalité est de permettre aux festivaliers et danseurs d’évoluer dans de structures en trois dimensions, dans des environnements luminescents, au sein d’une flore et d’une faune tels que des chevreaux, au milieu de manèges gigantesques. Quelque part entre un springbreak orgiaque et un Burning Man consumériste. Des pointures des dancefloors comme Calvin Harris, Martin Garrix, Afrojack, Armin van Buuren s’y sont succédé. Il se tient au Las Vegas Motor Speedway, circuit automobile géant du Nevada. La première édition s’était déroulée au début des années 90 sous la forme d’une rave près de Los Angeles

L’Electric Daisy Carnival se tiendra du 17 au 19 mai 2019 dans le cadre du Las Vegas Motor Speedway.

La Villette Sonique s’incruste sous le périphérique

En plus d’une communication volontariste sur les réseaux sociaux, où il pousse en avant-première ses innovations tarifaires, le festival Villette Sonique à Paris maintient la cap d’une programmation avant-gardiste. Une programmation qu’il n’hésite pas à localiser depuis quelques éditions sous le périphérique (derrière le Cabaret Sauvage) du côté de la Halle aux cuirs. Un lieu ultra urbain propice à une atmosphère « underground » même si conspué par la bourgeoisie parisienne anti-« bobo » à cheval sur ses codes de consommation culturelle. Cette année, c’est le rappeur frappadingue Danny Brown, remarqué récemment pour sa collaboration avec Alt-J, qui jouera entre deux piliers de bétons sous un axe routier. Atmosphère de block party délurée garantie. Et ce n’est pas tout puisque se grefferont aussi à l’affiche des noms aussi prestigieux ou rares tels que Deena Abdelwahed (pour un live), Julia Holter et Cate Le Bon ou Stereolab.

L’édition 2019 de Villette Sonique se tiendra du 6 au 9 juin 2019 en différents lieux du Parc des Expos de La Villette (Grande Halle, Trabendo, Cabaret Sauvage…).

Tommorowland bacchanale techno ultra connectée

Véritable institution de la musique dansante en Belgique, Tommorowland a énormément innové ces dernières années. Il a ainsi été un des premiers festivals à passer au « cashless » à travers des bracelets connectés permettant le paiement automatique par application. L’événement a aussi offert une immersion high tech à distance via le web à tous les festivaliers du monde désireux de s’y connecter. Pour son prochain cru, Tommorrowland accueillera des artistes tels que Solomun, Martin Garrix, Amelie Lens, Black Coffee, Carl Cox, DJ Diesel, Don Diablo, Oliver Heldens, Steve Aoki, The Chainsmokers.

La prochaine édition de Tommorowland se tiendra du vendredi 19 juillet 2019 au dimanche 28 juillet 2019 au Domaine provincial De Schorre à Boom en Belgique.

Le festival Forte au Portugal concilie ultra modernité et patrimoine

Axé sur la musique électronique, les arts visuels et les arts de la scène, le festival Forte au Portugal se déroule dans un château. Un décor de vieilles pierres augmenté de nombreuses performances numériques et d’effets de lumières iridescents. Avec des artistes electro prestigieux tels que Neon Chamber, Rhys Fulber, Freddy K ou Dave Clark.

Le festival Forte se déroulera du 23 au 25 août 2019 au château de Montemor-O-Velho au Portugal.

Le Motocultor balise le chemin pour ses festivaliers

L’opéra rock celtique Excalibur, Alan Stivell, NOFX, Napalm Death, Henri Dès & Ze Grands Gamins…Non seulement le Motocultor innove par une programmation transgenres qui va bien au delà de son ADN punk/metal. Mais l’évènement a su aussi prouver son aptitude à l’innovation technologique. En 2017, il avait même remporté, dans le cadre des « festival awards« , le prix de l’innovation numérique. Notamment grâce à Imagina, une application reliée à un système de balises Bluetooth qui mettait à disposition des festivaliers l’information la plus pertinente dont il avait besoin en fonction du moment de la journée et de l’endroit où il se trouve. Permettant d’aller même au delà d’actions tels que le scannage de QR codes ou la technologie sans contact. Paramétrée et configurée, l’application travaille toute seule et tient en alerte le festivalier sur son téléphone mobile. Elle a été développée par la jeune start up Vannetaise Imagina.

La prochaine édition du festival Motocultor à Saint-Nolff près de Vannes du 15 août 2019 au 18 août 2019.

X
X