actus

Jazz manouche: 7 prodiges du jazz manouche à découvrir

Par Nicolas Mollé le 06/03/2018 - Dernière mise à jour : 11/04/2018

Jazz manouche: 7 prodiges du jazz manouche à découvrir

Depuis Django Reinhardt, la tradition du jazz manouche se transmet de la plus éclatante des manières. Plusieurs adeptes perpétuent ce culte de manière très différenciée. Dans le respect des tables de la loi, en l’ouvrant sur la guitare flamenco ou classique, en n’hésitant pas à s’enrichir au contact de la chanson française ou de la variété. Voici cinq portraits d’artistes qui font font vivre ce genre, de Biréli Lagrenne à Sacha Nemmar en passant par Raphaël Faÿs, Big Ben Trio ou Angelo Debarre.

 

  • Biréli Lagrène le grand sachem de la guitare gitane

 

 

À tout seigneur, tout honneur. Et en matière de jazz manouche, l’expression est particulièrement adaptée concernant Biréli Lagrène. Le musicien d’origine alsacienne a appris le répertoire de Django Reinhardt auprès de son père et de son frère.

 

Très jeune, il se fait remarquer dans un évènement aussi incontournable que le Montreux Jazz Festival, en 1981. Une prestation qui l’aura marqué en tant qu’artiste.

 

Par la suite, on le verra se produire aux côtés de pointures telles que le violoniste Stéphane Grappelli. Le saxophoniste, trompettiste, tromboniste, pianiste, chanteur, arrangeur, compositeur et chef d’orchestre de jazz américain Benny Carter. Ou le le contrebassiste danois Niels-Henning Ørsted Pedersen.

 

Biréli Lagrène jouera le jeudi 22 mars 2018 à la Salle du Vigean à Eysines, le vendredi 20 avril 2018 à l’Eglise de Trivy, le samedi 30 juin 2018 aux Arènes de Bouillargues, le jeudi 21 juillet 2018 Plae de Moudon à Estavayer-le-Lac dans le cadre du festival Swing In The Wind/Swingin.

 

  • Angelo Debarre prête sa six cordes aux chansons

 

 

Autre émule de Django Reinhardt, Angelo Debarre a lui aussi commencé très tôt la guitare, à l’âge de huit ans. Mais il délaissera cet instrument pour se consacrer ensuite à la batterie. Avant de revenir à ses premières amours et à l’instrument qui l’avait vu prendre son envol musical en 1984. C’est cette année là qu’il fonde le « Angelo Jazz Quintet ». L’année suivant, il est l’un des piliers du célèbre cabaret parisien spécialisé, aujourd’hui disparu, « la Roue Fleurie ».

 

Après avoir fondé un quartet avec l’accordéoniste Ludovic Beier, il a attiré l’attention de grands noms de la variété comme Sanseverino ou Thomas Dutronc, avec qui il a collaboré.

 

Angelo Debarre se produira à la salle polyvalente Brassens à Yvré-l’Évêque dans le cadre du festival Europajazz le vendredi 20 avril 2018.

  • Ninine Garcia

D’origine moitié manouche, moitié gitane, Ninine Garcia est installé à Saint Ouen, où sa famille a élu domicile dans les années 1910-1915, le fief de Django Reinhardt. Son père Jacques « Mondine » Garcia nait à Paris en 1934et joue à la « Chope », rendez-vous des musiciens (Patrick Saussois, Tchavolo Schmitt, Romane, Rodolphe Raffalli, Potzi, Sanseverino entre autres,   Thomas Dutronc)

Ninine a collaboré avec Mathieu Chedid à la musique du film « Toutes les filles sont folles » pour laquelle ils ont reçu le César de la Meilleure Musique de Film en 2003. Il a été aussi invité par Thomas Dutronc,  qui a d’ailleurs interprété sur son album  « Silence on tourne »  un morceau instrumental composé par Ninine et intitulé « Ninine »

Ninine Garcia a participé au film « Les Fils du Vent » réalisé par Bruno Le Jean retraçant la vie des 4 meilleurs guitaristes (Ninine Garcia, Angelo Debarre, Tchavolo Schmitt, Moreno).

Il est en concert exceptionnel au Versailles Jazz Festival 2018. 

 

  • Raphaël Faÿs au carrefour de trois traditions de la guitare

 

 

Raphaël Faÿs occupe une place un peu à part dans l’univers de la guitare acoustique puisqu’il en maîtrise à la fois les incarnations classique, manouche ou flamenco.

 

Il ne se passionne pour le flamenco qu’à partir de 1987 lorsqu’il fait la connaissance de Paco de Lucia à Paris. Mais il a depuis composé de nombreuses oeuvres d’inspiration flamenca : bulérias, alégrias, Fandango

 

De fait, Raphaël Fays synthétise non seulement deux styles gitans et flamenco mais rend aussi compte de ce qui, au-delà des frontières de l’Espagne et de l’Europe de l’Est, est commun à ces deux communautés gitanes que sont les manouches européens et les hispano-andalous.

 

L’artiste se produira le jeudi 17 mai 2018 à l’Européen à Paris dans le cadre de son spectacle musical « Paris Séville » (et ce après une date complète en février).

 

  • Big Ben Trio billard à trois bandes entre jazz, valses et variété

 

 

Axé jazz manouche, swing, valses et chansons populaires françaises, le Big Ben Trio a été fondé par Benjamin Bobenrieth, guitariste toulousain réputé. L’instrumentiste s’est entouré du guitariste rythmique Samuel de Zaldua et du contrebassiste Vincent Hemery.

 

Le Big Ben Trio s’inspire d’une certaine tradition à l’intérieur de la « geste » manouche, celle des groupes à trois comme le Rosenberg Trio ou celui de Biréli Lagrène.

 

Le Big Ben Trio jouera le samedi 12 mai 2018 à la Maison du Festival (Halle aux Grains) dans le cadre du festival Jazz en Comminges.

 

  • Sacha Nemmar jeune prodige qui assure la relève

 

 

Encore un guitariste mais qui n’hésite pas à étoiler son jazz manouche de pigments expérimentaux, bossa-nova voire en prise directe avec les ambiances de la Nouvelle-Orléans. Même pas âgé de trente ans,  Sacha Nemmar a déjà des centaines de concerts au compteur. Et s’est révélé lui aussi particulièrement précoce : premiers frottements de corde de guitare à cinq ans, premiers concerts à douze ans. Même s’il n’a sorti son premier album solo « Horizon » qu’en décembre dernier.

 

Sur ce disque, il a révélé l’étendue de son savoir faire : des « Yeux Noirs« , air traditionnel du jazz manouche, morceau phare de Django Reinhardt à Une belle histoire de Michel Fugain. Ou encore Je me suis fait tout petit de Georges Brassens, Summertime de George Gerswhin, Mas que nada de Jorge Ben Jor.

 

Fusion de jazz manouche, jazz swing et bossa-nova, Sacha Nemmar Project est né de sa rencontre musicale et artistique avec le guitariste Carles Gr. En compagnie de Pascal Lelyon au violon, de Philippe Nemmar à la guitare et de Jean-Jacques Costil à la contrebasse.

 

Le Sacha Nemmar Project jouera le jeudi 23 mars 2018 au Moulin de Louviers.

Tchavolo Schmitt

Unanimement respecté dans la communauté des musiciens manouches, considéré comme l’un des plus talentueux et plus purs héritiers de Django Reinhardt, Tchavolo Schmitt suscite l’admiration des adeptes de la geste manouche et porte haut le legs de son maître qu’il considère volontiers comme le Mozart du peuple gitan.

0

Partager sur ...