5 producteurs qui incarnent la « french touch » hip-hop Commentaires fermés sur 5 producteurs qui incarnent la « french touch » hip-hop

Au commencement était le beat. On l’oublie trop souvent mais le style actuellement en vogue, syncopé et synthétique, la « trap », doit beaucoup aux productions historiques de Grandmaster Flash ou aux torpilles électroniques de Bambaataa, sous influence Kraftwerk. Après le boom bap et les sons « fats » post-EPMD, une génération de producteurs français semble en tout cas avoir compris que l’Europe avait sa carte à jouer sur le principal marché du genre, les Etats-Unis.  

  • DJ Cam creuse son sillon depuis Miami

 

DJ Cam alias Laurent Daumail incarne parfaitement la figure du producteur hip-hop discret mais qui sait ce qu’il veut. Cultivé, indécrottable du son jazzy de DJ Premier, assumant son affiliation à la « french touch », label qui lui permit une ouverture inespérée à l’international comme l’expliquait récemment RFIMusique.com, il est aujourd’hui, comme pas mal de figures françaises du hip hop, basé à Miami.

De là à rendre hommage à « Miami Vice » (Deux flics à Miami) du réalisateur Michael Mann, il n’y a qu’un pas, franchi allègrement puisqu’il a composé une bande son imaginaire de cette série ovni et mélomane qui avait même invité à l’écran Miles Davis. Une sérié qui fit dans ses épisodes la part belle à des titres de Maars, Grandmaster Melle Mel, Black Uhuru, Depeche Mode ou le « Cat People » de David Bowie produit par Georgio Moroder, reprise d’un titre de « La Féline » de Paul Schrader plus tard exploité par Quentin Tarantino dans « Inglorious Bastards ».   

L’antibois DJ Weedim désormais ultra demandé, de Nantes à L.A

 

« Sapes de proxénet’, pétasse donne moi l’enveloppe, oui je prends des chèques oui je prends de l’or ». Il aura suffi d’un scandale et d’un clash opposant son protégé le rappeur Infinit’ au député-maire de Nice Christian Estrosi (ici présenté dans une version conviant la star du moment Nekfeu) pour mettre sur orbite DJ Weedim, metteur en son originaire d’Antibes. 

Ce serait ne pas rendre grâce à ses talents de d’orfèvre du beat staccato et de la nappe fantomatique. Ni à ses talents de DJ entertainer, comme il le prouva encore récemment au LC Club à Nantes. A la fois artisan et stratège, il a fondé French Bakery, une marque puissante qui n’ignore rien des stimuli culturels efficaces aux Etats-Unis. Désormais établi à Paris, le voici tellement demandé qu’il mixera le 1er août à Los Angeles

  • Myth Sizer revisite l’electronica circa 2000

 

Beats cristallins, chargés d’échos, mélancolie inquiétante. Les instrumentaux de Myth Sizer, natif de La Roche-sur-Yon en Vendée, évoquent, oui, parfaitement, les productions breakbeat circa 2000 du britannique Tipper, voire certaines sonates d’Aphex Twin. Adepte des belles carosseries, l’artiste a sorti un EP nommé « Porcelain » et planche actuellement sur son premier album, comme l’explique le site musical Noisey.

Le voici en tout cas déjà repéré par des pointures américaines puisqu’il a récemment travaillé avec A$AP Ferg, lieutenant de l’A$AP Mob, Kaytranada et plus récemment Vic Mensa, après avoir collaboré avec des figures françaises, comme Dabaaz, Metek, Joke, Grems.

  • DJ Kore homme de l’ombre archi influent derrière ses consoles

 

https://youtu.be/6nFY-6onFo0

Après des débuts avec Skalp, avec qui il forma un duo de producteurs et de compositeurs de rap, R&B et de Raï’n’B français, DJ Kore a vite volé de ses propres ailes. Jusqu’à produire un titre pour Booba, qui donnera lieu à une rituelle embrouille et à un clash du bout des lèvres, histoires de pousser un peu la notoriété et les ventes.

DJ Kore a apposé sa patte sur nombre de hits r’n’b, collaborant également avec Rohff, Scred Connexion, Don Choa des marseillais de la Fonky Family. Se définissant comme un « arabe avec une attitude », il a compris que des collaborations avec les musiciens techno post-french touch comme Brodinski avaient des chances de lui ouvrir des marchés étrangers.

Mais le projet en lequel il plaça le plus d’espoir fut sa collaboration avec le rappeur LaCrim, sur le titre « A.W.A. » avec French Montana. Un hit potentiel stoppé dans son élan depuis les déboires judiciaires de LaCrim, récemment interviewé par Mouloud Achour sur Clique.tv

  • Le son hip hop extraterrestre de Soufien 3000

 

Marchant dans les pas afrofuturistes de Sun Ra ou du rappeur Rammellzee, Soufien 3000 revendique des origines extra-terrestres. Comme nombre d’artistes rap noirs américains marqués psychiquement par la déportation de leurs ancêtres.

Un positionnement qui n’a semble-t-il pas laissé indifférents le joli coeur et dominateur de charts A$AP Rocky, contacté sur la simple foi d’un message sur Facebook. Séduit par les vibrations cosmiques de Soufien 3000, A$AP Rocky lui a confié la réalisation de deux titres, « Get Lit » et « Acid Drip« . Le voici désormais commissionné par d’autres étoiles du « rap game » us, Evil Nine et Danny Brown.

 

Previous ArticleNext Article

Tarif membre : Rennes

Tarif préférentiel membre