La carrière d’AC/DC en 10 dates clefs Commentaires fermés sur La carrière d’AC/DC en 10 dates clefs 2153

1973 

Formation à Sydney, avant d’émigrer à Melbourne, d’AC/DC, par Malcolm Young, fils d’écossais de 20 ans qui fait appel à son jeune frère de quatorze ans Angus. Celui-ci fera sensation en montant sur scène en uniforme de collégien. Les autres membres du groupe seront recrutés via une petite annonce (Phil Rudd), sur le trottoir d’un night-club (Mark Evans), Bon Scott, roadie du groupe deviendra pour sa part chanteur. Le terme AC/DC, pioché sur une prise de machine à laver, signifie « courant alternatif/courant continu ». Mais aussi « à voile et à vapeur », en argot. Leur premier single s’appelle « Can I sit next to you ».

 

1976

Après le succès de son premier album nommé « High Voltage », AC/DC atteint une nouvelle fois le disque de platine en Australie avec son second opus « TNT ». Le groupe commence à produire son rock boogie radioactif dans les pubs et bars de seconde zone d’Australie. Auprès d’un public de routards et de motards, ils rôdent progressivement une formule qui fera d’eux un groupe emblématique du hard rock anglo-saxon. 

https://www.youtube.com/watch?v=UvVlIaTuSts

1979 

Le groupe a son classique, il se nomme « Highway to hell » et figure sur l’album du même nom, son sixième, qui se vendra rapidement à plus de quatre millions d’exemplaires. Enregistré par le producteur anglais Robert Mutt, il consacre les riffs de guitare tonitruants et néandertaliens et le chant éraillé et sardonique de Bon Scott.   

1980 

AC/DC hélas est victime de ses premiers excès et le chanteur Bon Scott, justement, est retrouvé le 19 février dans la voiture d’un ami, ivre mort et étouffé dans son propre vomi. Le groupe ne se laisse pas abattre, recrute un nouveau chanteur Brian Johnson, à la voix étonnamment proche de Bon Scott, et sort l’album « Back in black ». Il se vendra à plus de dix millions d’exemplaires aux Etats-Unis, avec cent soixante dates à grand spectacle à la clef. C’est à cette période qu’apparaît la fameuse cloche de métal Hell’s Bell qui résonne à chaque fin de concert.   

www.youtube.com/watch?v=etAIpkdhU9Q

1990

Ayant connu depuis 1983 une période de déclin commercial qui aura vu par exemple le départ du batteur Phil Rudd, alcoolique, le groupe sort de sa torpeur avec « Got you by the balls » sur l’album « The Razor’s Edge ». Après être passé du hard rock au heavy metal, AC/DC  est cependant épuisé physiquement et psychiquement par leurs tournées gargantuesques. Les membres du groupe connaissent d’ailleurs de nombreux déboires personnels : alcool pour Malcolm Young, divorce pour Brian Johnson.

https://www.youtube.com/watch?v=pXR7tKe7Ww8

 

1991

AC/DC est l’une des têtes d’affiche, avec Metallica et Pantera, de l’édition moscovite du festival Monsters of Rock, dans la foulée de l’implosion de l’URSS. Gratuit, ce festival organisé sur une base aérienne rassemble plusieurs centaines de milliers de personnes et constite le plus grand concert du genre. Un parfum d’anarchie règne d’ailleurs très vite sur l’événement, avec de nombreux heurts entre le public et les forces de sécurité russes, incapables de contenir une telle foule.

 

1995 

Avec « Ballbreaker », AC/DC renaît encore une fois de ses cendres, tel un phénix rock. Cet opus surpuissant est produit par Rick Rubin, le pape du hip hop teigneux et sampladélique des Beastie Boys ou de Public Enemy avec son label Def Jam. Celui qui s’est illustré comme metteur en sons d’Aerosmith, Red Hot Chili Peppers ou de Johnny Cash est un amoureux du gros son de guitare saturée. La rencontre avec AC/DC paraissait évidente. Cet album est aussi l’occasion du retour pour le batteur des origines Phil Rudd. 

www.youtube.com/watch?v=vtw3IPYTfmA

2003 

Malcolm et Angus Young sont invités sur scène à Sydney par les Rolling Stones le 18 février 2000 pour jouer « Rock me Baby » un classique du blues. Dans la foulée, AC/DC assure à quatre reprises la première partie de ces légendes du rock’n’roll, à Oberhausen, Leipzig, Hockenheim en Allemagne et à Toronto au Canada. A chaque fois, ils remontent sur scène pour accompagner les Stones pendant « Rock me baby », y compris lors d’un concert au Stade de Twickebham à Londres. 

2010

AC/DC figure sur la bande son du film « Iron Man 2 ». Une nouvelle génération découvre avec scepticisme ou jubilation les accords de guitare incandescents d’Angus Young et les hurlements de matou écorché de Brian Johnson. Cette compilation est composée de quinze anciennes chansons dont les incontournables « Highway to hell » et « Back in black ». AC/DC avait déjà laissé ses compositions servir de bande-son au film « Maximum Overdrive » de Stephen King en 1986 mais le disque, contrairement à « Iron Man 2 », n’était pas entré directement à la première place des ventes de disques britanniques.   

www.youtube.com/watch?v=xRQnJyP77tY

2014

Après que Phil Rudd ait été le premier membre du groupe à sortir un album solo, un nouvel album intitulé « Rock or Bust » est annoncé. Il sortira le 2 décembre. Malcolm Young, souffrant de problèmes de santé, a été remplacé à la guitare par son propre neveu Stevie Young, Angus Young se chargeant de toutes les compositions. Une tournée est prévue en 2015. 

www.youtube.com/watch?v=gEPmA3USJdI

 

 

 

 

 

 

 

Previous ArticleNext Article
X
X