actus

5 éco-festivals pour se mettre au vert

Par Nicolas Mollé le 15/05/2018 - Dernière mise à jour : 15/05/2018

5 éco-festivals pour se mettre au vert

Ce n’est pas parce que le traditionnel rassemblement d’été à la Zad de Notre-Dame-des-Landes a été ajourné que l’écologie a disparu des préoccupations des festivals. Bien au contraire. C’est même depuis plus d’une dizaine d’années un élément qui leur permet de rivaliser d’inventivité. Point trop n’en faut cependant car l’écueil du « greenwashing » rôde. Mais des Eurockéennes aux Vieilles Charrues en passant par We Love Green, les festivals ont compris que leur économie avait de bonne chances de se développer en tissant un lien vert avec le public. Voici une sélection d’éco-festivals pour mieux respirer.

 

  •  Les Eurockéennes de Belfort toujours vertes malgré leur trente ans

 

 

Les 5, 6, 7 et 8 juillet 2018, Les Eurockéennes de Belfort convoqueront pour leur trentième édition Rick Ross, Damso, Prophets of rage ou Queens of the stone age. Avec une innovation de taille pour cet anniversaire : une ouverture au Land Art avec une gigantesque fresque signée Saype, peinte au coeur de Belfort.

 

S’apercevant de leur retard sur les Vieilles Charrues ou Rock en Seine, Les Eurockéennes ont donc décidé il y a quelques années de mettre les bouchées doubles sur le tri. Mais ont aussi innové en matière de valorisation par méthanisation des biodéchets et organisation du covoiturage.

 

  • Terres du Son ancre son éco-village dans la gratuité

 

 

Terres du Son se définit volontiers comme un éco-festival engagé. Proposant plus de 70 concerts avec notamment Baxter Dury, Amadou & Mariam, Juliette Armanet, Némir, Molécule, Lomepal ou Roméo Elvis. Pour sa quatorzième édition, le festival va frapper fort du 6 au 8 juillet 2018 au coeur du Domaine de Candé près de Tours. D’autant qu’en plus de spectacles ou de festivals, il va se doter de conférences. D’une restauration locale et bio et d’un éco-village d’accès gratuit.

Cet éco-village permet d’assister à des conférences et débats, d’aller à la rencontre d’associations, de découvrir des créations d’artisans, de profiter d’expositions…
  • Les Vieilles Charrues pionnier des festivals éco-responsables

 

 

280.000 festivaliers, qui plus est très alcoolisés pour certains, dans une prairie, celle de Kerampuilh, cela laisse forcément une empreinte écologique conséquente. Et pourtant, en matière d’éco-responsabilité, Les Vieilles Charrues, qui accueilleront pour leur édition 2018 les 19, 20, 21 et 22 juillet des stars comme Depeche Mode, Gorillaz, Robert Plant and the Sensational Space Shifter, Marquis de Sade, IAM, Liam Gallagher, Jain ou Massive Attack, sont un festival précurseur.

 

C’est là, à Carhaix, qu’il y a treize ans l’association nantaise Adeec (Association de Développement et d’Éducation à l’Éco-Citoyenneté) a fait ses premières armes. Proposant des animations en direction du public, en ne se limitant aucunement aux seules questions des déchets ou des toilettes sèches. Préférant les approches ludiques, autour du tri par exemple.

 

  • Le Cabaret Vert injecte de la chlorophylle dans ses décibels

 

 

Difficile de faire plus explicite que le Cabaret Vert. Les 23, 24 et 25 août 2018, le festival de Charleville-Mézières dans les Ardennes, lui aussi étiqueté « éco-festival », va non seulement convier des chênes solides comme Booba, Suprême NTM, DJ Snake accompagnés de jeunes pousses comme Vladimir Cauchemar ou JD McPherson.

 

Mais surtout se dérouler dans un cadre verdoyant, entre patrimoine industriel et territoire naturel rythmé par la Meuse. Et sous l’emblème « Cabaret Durable ». Avec au programme toilettes sèches, tri des déchets, maîtrise de la consommation d’énergie, sensibilisation des publics…

 

  • We Love Green phosphore sur les alternatives durables

 

 

Hippie chic. Ainsi se définit lui même le festival We love green, qui se tiendra au Bois de Vincennes dans le 12ème arrondissement de Paris les samedi 2 et dimanche 3 juin prochains. Avec des pointures comme Juliette Armanet, 10LEC6, Khruangbin. Et ce après avoir convié en 2017 Björk, Migos, Jamie XX, Ibeyi, Beck ou Charlotte Gainsbourg.

 

Un festival parti entres autres de ce simple questionnement « Quelles sont nos ressources et que pouvons nous produire ? » et qui attire aujourd’hui 60.000 personnes. Assumant un rôle éducatif et de médiation culturelle sur la thématique du développement durable. Avec une charte très complète articulée autour de 6 axes : l’énergie, l’alimentation, l’eau, les déchets, les transports et la sensibilisation.

 

Une charte qui inclut des actions concrètes comme des générateurs à huile végétale, une scène alimentée en panneaux solaires et même des toilettes écologiques très futuristes et haut de gamme fonctionnant à l’énergie solaire qui permettent une récupération des urines afin de créer un engrais minéral issu du phosphate qui y est inclus.

0
Abonnez-vous à la newsletter
Placeholder

Partager sur ...

Tags