actus

7 festivals au Maroc pour découvrir une culture unique

Par Nicolas Mollé le 25/10/2018 - Dernière mise à jour : 31/10/2018

7 festivals au Maroc pour découvrir une culture unique

De l’avis d’un jeune confrère journaliste installé au Maroc, l’offre en festivals « alternatifs » est encore légèrement balbutiante en la royauté du Maghreb. Pourtant, la popularité des deux côtés de la Méditerranée du franco-marocain Jamel Debbouze ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt. Et faire oublier que des passerelles plus exigeantes ont été construites. Sur un versant plus expérimental, plus arty, qui a marqué la pop culture et la littérature (l’américain William Burroughs s’est énormément inspiré de Tanger, le parcours de la Beat Generation passe par là), une culture unique bien particulière s’y est développée. Une culture qui passe, comme en Algérie, par les itinéraires initiatiques des Gnaouas, ces descendants d’esclaves fédérés en confréries musulmanes mystiques émetteurs d’une musique de transe unique.

 

  • Taragalte 2018 placé sous la bonne étoile de Saint-Exupéry

 

 

Les amoureux du désert ont rendez-vous à Taragalte. Ce festival comparable au festival international des nomades a été fondé par Brahim et Halim Sbai sous l’égide de l’association Zaïla avec pour objectif de partager la musique et la culture du désert.

L‘édition 2018 célèbre les neuf ans du festival. Pour marquer ce tournant, Taragalte souhaite rendre hommage à un amoureux du désert, un personnage emblématique des lettres françaises : l’auteur Antoine de Saint-Exupéry dont on fête cette année les 75 ans de la première traduction du « Petit Prince« . Et dont l’oeuvre est habitée par la topographie du désert.

Cette année, outre différents ateliers, expositions, conférences, on retrouvera au menu musical des artistes comme Tinariwen, Habib Koité, Lo’Jo, Hamid Elkawel, Mnat Aichata, Asmaa Hamzaoui & Bnat Timbuktu, le projet « Cultural Caravan for Peace« , Generation Taragalte, Darâa Tribes ou les jeunes musiciens de l’école « Joudour Sahara« .

Le festival se déroulera les 26, 27 et 28 octobre 2018 à proximité du Bivouac Le Petit Prince, dans le désert à 7 kms du village de M’Hamid. Le bivouac se trouve dans la dernière oasis avant d’entrer dans le vaste désert du Sahara. Les tarifs sont accessibles sur un barème allant de 200 dirhams (entrée journée) à 335 euros (forfait village).

 

  • L’Anmoggar N Jazz repart pour un deuxième acte

 

 

Le jazz aussi a droit de cité au Maroc. Après Tanger, Rabat, Casablanca, le festival Anmoggar N Jazz se pérennise à Agadir. Il s’agira de la deuxième édition de cet évènement programmé au sein de la salle Brahim Radi de l’Institut Français d’Agadir. La première édition en 2017 avait attiré plus de 900 personnes. Une relative performance pour une première dans un domaine aussi pointu que le jazz.

Cette année, l’évènement invitera le quartet franco-maro  cain du saxophoniste et compositeur Faïz Lamouri, différents autres quartets menés par des personnalités comme Moisés P. Sánchez (Espagne), Pierrick Pedron (France), Stéphane Kerecki (France), Diana Horta Popoff (Brésil/France), Jowee Omicil (France/Canada). Mais aussi les quintette Mario Felix Hernandez Morejon (Cuba/France), Panama Panic et High Level (France)  ainsi qu’Andreas Motis (Espagne).

Le festival se déroulera les 25, 26, 27 et 28 octobre 2018. Les concerts sont gratuits mais la réservation en ligne est obligatoire.

 

  • Le Gnaoua Festival déploie son imaginaire au rythme de la transe

 

 

L’an dernier, on se souvient de la performance de Asmaa Hemzaoui (du groupe Bnat Toumboukto) et de Fatoumata Diawara qui y avait été donnée. Prévu au début de l’été à Essaouira, cité portuaire de la côte atlantique au Maroc inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, le Gnaoua Festival témoigne de l’importance de cette culture dans l’imaginaire marocain mais aussi au delà de ses frontières.

Une foule internationale s’y presse en effet chaque année depuis 22 ans, attirée en parallèle par des plages réputées, Il s’agit d’un festival à vocation éclectique où musique, arts et culture doivent se rencontrer : une fête qui s’annonce colorée dans les artères de la cité à forte réputation d’Essaouira au Maroc. Rues, places, docks et salles de concert sont investis. Y vibrent pendant quatre jours des notes funk, blues, jazz et soul d’Afrique.

Les dates de l’édition 2019 seront annoncées prochainement. Attention festival très couru accès sur liste d’attente.

 

  • Marrakech du Rire ancre l’humour et la dérision dans la culture marocaine

 

 

Fondé par l’incontournable comique franco-marocain Jamel Debbouze, véritable institution même si une nouvelle garde émerge avec le beaucoup plus politisé Yassine Belattar, né de parents marocains, le festival humoristique Marrakech du Rire a pour principale particularité de se dérouler aux quatre coins de Marrakech. Du Théâtre Royal au Palais Badi en passant par l’Institut Français de Marrakech.

En 2018, on a pu y croiser le magicien et comique Eric Antoine et les humoristes Amou Tati et Akim Omiri. Mais aussi, les humoristes Paul Séré, Booder et Wahid. Lors de précédentes années, en 2015 par exemple, on a aussi pu y croiser Elie Semoun, la bande du Jamel Comedy Club, la ravageuse Nawell Madani ou encore Redouanne Harjane et sa guitare.

Signalons qu’un chanteur vient régulièrement clôturer le festival. Maître Gims avait enflammé l’édition 2015 du Marrakech du Rire pour son dernier soir. Amel Bent ou encore Stromae été déjà passées dans les éditions précédentes.

Le prix est variable selon les spectacles. Certains sont gratuits. Fin juin 2019 devrait se dérouler la huitième édition des Marrakech du Rire.

 

  • L’Atlas Electronic fait vibrer Marrakech

 

 

Déjà la quatrième édition de L’Atlas Electronic, festival se déroulant à la fin de l’été à Marrakech. Au Maroc, c’est l’un des quatre festivals electro qui comptent avec le Morroco Desert Festival, Oasis et Moga. L’an dernier, plus de 70 artistes s’étaient produits à à l’éco-lodge Villa Janna à Marrakech. Parmi eux, le DJ et producteur anglais Jamie XX, le DJ hollandais Max Abysmal, la Djette allemande Lena Willikens, la tunisienne Deena Abdelwahed ou encore l’ougandaise Kampire.

Un « line-up » attachant car dé-hiérarchisé et réellement international, sortant des sempiternelles mêmes têtes d’affiche du circuit anglais, américain ou même français.

La prochaine édition est prévue en juin 2019.

 

  • Le festival international du raï Oujda évènement vitrine d’un des genres les plus populaires au Maroc

 

 

Comment élaborer un panorama des festivals marocains en oubliant le raï ? Musique populaire par excellence au Maghreb et donc aussi au Maroc même si née dans l’Oranie en Algérie, le genre est bien représenté par le festival international du raï Oujda. La douzième édition du festival du raï Oujda s’était déroulée du 14 au 21 juillet 2018. Elle avait notamment convié Soolking, un des artistes hybrides de la nouvelle génération les plus intéressants car fortement imprégné d’influences hip-hop et de trap. Il y a deux ans, le festival s’était ouvert à d’autres genres comme le Chaabi, le Gnawa et la musique africaine.

Gage de la quasi institutionnalisation de ce style au Maroc, ce festival s’élabore sous le « haut patronage » du roi Mohamed VI.

La treizième édition du festival du raï Oujda se déroulera en juillet 2019.

 

  • Au Maroc l’Boulevard s’offre au hip-hop

 

 

Tous les ans depuis 18 ans, le festival L’Boulevard offre un panorama du meilleur de la culture hip-hop au stade du Racing Universitaire de Casablanca. Mais pas seulement. L’an dernier, outre Oxmo Puccino ou la star marocaine Toto, l’évènement avait placé sur son affiche Sofian Saidi, L’Orchestre national de Barbès ou Mad Professor & The Robotics.

L’époque où le hip-hop maghrébin émergeait tout juste avec le rap d’Intik est désormais bien lointaine. Et l’boulevard, comme d’autres festivals tels que Hip-Hop Family à Rabat ou le festival international des cultures urbaines, témoigne de cette évolution des mentalités qui s’est affirmée au sein de la diaspora marocaine en même temps que le rap s’ancrait en France.

L’édition 2019 de L’Boulevard se déroulera fin septembre 2019.

0

Partager sur ...

Tags

billetterie