Renaud en 5 dates clefs Commentaires fermés sur Renaud en 5 dates clefs 429

  • 1952

Renaud Séchan naît le 11 mai 1952 dans le quatorzième arrondissement à Paris. Sa mère est ouvrière, originaire d’une famille de mineurs du Nord. Son père professeur d’allemand et de néerlandais, traducteur, auteur de romans policiers et de livres pour enfants. Influencé musicalement par Hugues Aufray, Antoine mais aussi les Beatles, Bob Dylan, Joan Baez, Leonard Cohen, Donovan, Sullivan, c’est surtout la politique qui le passionne. Dès 1962, il se met d’ailleurs à militer : contre la guerre d’Algérie, le nucléaire, la le conflit au Viêt Nam.

Il est au coeur de l’effervescence de 1968. Après avoir participé à une communauté anarchiste, il débute comme magasinier puis vendeur dans une librairie et même comédien. Mais c’est la chanson qui lui réussit le mieux. Poussé par Guy Bedos et le producteur de Coluche, il enregistre un premier album « Amoureux de Paname » en 1975 sur lequel figure un titre du même nom. Et fait sensation à la télévision en surgissant comme un pied de nez chevelu et gouailleur dans la France petite-bourgeoise et corsetée de l’émission Midi Première présentée par Danièle Gilbert

https://youtu.be/jGmNge-O3DY

  • 1980 

Avec son quatrième album « Marche à l’ombre » Renaud créé son personnage fétiche Gérard Lambert, une « petite frappe » en mobylette digne des bandes-dessinées de Franck Margerin. Dédié à Jacques Mesrine, il s’agit de l’album le plus rock de la discographie de Renaud, celui où il adopte son fameux bandana rouge. Un succès avec 750.000 albums vendus dont tous les titres sont quasiment des tubes. En particulier quatre d’entre eux : « Marche à l’ombre », « Dans mon HLM », « Les aventures de Gérard Lambert » et « It is not because you are ».

La chanson titre du disque figurera au générique du film du même nom de Michel Blanc en 1984.

  • 1985 

Le septième album studio de Renaud « Mistral Gagnant » est un disque charnière. Vendu à plus d’un million d’exemplaires, il marque l’entrée dans la désillusion mélancolique – le tournant de la rigueur du premier septennat de François Mitterand est passé par là – de cet auteur-compositeur qui s’est construit un personnage artistique de protestataire au look de loubard.

En témoigne le doux-amer « Mistral Gagnant », évocation sensible et originale des petits plaisirs de l’enfance. Mais c’est surtout avec « Miss Maggie », dénonciation à la fois féministe et au vitriol des excès mortifères de la contre-révolution ultra-libérale prônée par Margareth Thatcher que l’artiste marque son époque  

https://youtu.be/IqUU8JqOzxk

  • 2002

Après « Marchand de cailloux » en 1991, c’est une quasi traversée du désert qu’effectue Renaud, seulement émaillée d’albums hommages à ses racines nordistes ou à Georges Brassens. La créativité de cet artiste est en effet toujours très fortement conditionnée par les aléas politiques de son époque et celle-ci ne l’inspire guère, entre déclin de la gauche de gouvernement et re-émergeance de la droite vers le pouvoir.

Mais les hommages de la jeune génération rap, qui ne demandent visiblement qu’à « faire partie de sa bande », de la reprise du thème d’« Hexagone » sur son album « Les liaisons dangereuses » par Doc Gynéco à l’album hommage de la scène rap « Hexagone 2001… rien n’a changé » avec Saïan Supa Crew, Rohff ou MC Jean Gab’1, lui ont probablement donné un coup de fouet. Renaud semble prêt à tout. Y compris à apparaître aux NRJ Music Awards en 2002.

C’est donc un retour salué par la presse que celui qu’il réalise avec « Boucan d’enfer », porté par le duo avec Axelle Red « Manhattan-Kaboul ». Ce titre, écrit peu après les attentats du 11 septembre 2001 et la seconde guerre d’Afghanistan, sera d’ailleurs élu « Chanson originale de l’année » aux Victoires de la musique 2003 et « Chanson francophone de l’année » aux NRJ Music Awards 2003.

Coutumier des décors extravagants pour ses tournées, il propose pour la Tournée d’enfer, dont l’album live, l’un des huit enregistrements de ce type, sera l’un des derniers à se vendre, un décor représentant une place de village un jour de 14 juillet.

  • 2016 

Après de longues périodes d’alcoolisme entrecoupées de rédemption, marqué par les attentats contre « Charlie Hebdo » et du Bataclan, Renaud revient livrer sa vérité avec un nouvel album, le dix-septième, intitulé « Toujours debout », comprenant des titres tels que « J’ai emrassé un flic » ou « Hypercasher ». L’artiste, qui s’était vu consacrer un documentaire intitulé « Il était une fois Renaud » en 2015 livre un nouvel épisode dans une carrière de quarante ans et de près de 20 millions de disques vendus. Depuis le 22 septembre 2007, il n’avait pas donné de concert. Son retour pour une tournée à cheval entre 2016 et 2017 sera donc un événement.  

Previous ArticleNext Article
X
X