Crazy Week et Summer Golfe prennent d’assaut la côte d’azur (interview du directeur Patrice Bouchon) Commentaires fermés sur Crazy Week et Summer Golfe prennent d’assaut la côte d’azur (interview du directeur Patrice Bouchon) 236

Le Crazy Week s’est déjà imposée sur la région niçoise et ce en très peu de temps… 

Patrice Bouchon: Historiquement, Crazy Week à Nice existait sous un autre nom, Les Enfants du Rock, depuis 7 ans. Le festival est devenu le Crazy Week et fête à présent sa 4e édition sous ce nom. Aujourd’hui, le Crazy Week est devenu le 2e plus grand festival de la région niçoise, derrière le Nice Jazz Festival. C’est le plus grand  rendez-vous de musiques actuelles. 

Combien de personnes sont attendues cette année?

Nous pensons faire aussi bien que l’année dernière. En 2012 nous avons accueilli près de 13.000 personnes en  5 jours. Or la jauge est de 3.000 personnes par jour, ce qui veut dire que nous sommes presque arrivés au maximum des entrées sur le festival. Cette année, nous estimons entre 12.000 et 14.000 le nombre de festivaliers sur le Crazy Week, au Théâtre de Verdure de Nice. 

La  programmation est plutôt rock et assez équilibrée entre artistes français et internationaux…

La programmation est volontairement équilibrée, entre artistes français (Raphaël, Olivia Ruiz, Tété…) et anglo-saxon (Thirty Seconds To Mars, Asaf Avidan…). En somme, 60% de la programmation du Crazy Week festival est anglo-saxonne et le reste est une affiche française. Nous allons prochainement annoncer le dernier nom de notre programmation, pour le samedi 20 juillet… ce sera une nouvelle tête d’affiche internationale… un peu de patience!

Les jauges sont assez restreintes. Comment financez-vous le festival? 

Nous bénéficions d’une aide non négligeable de la Ville de Nice, en subvention mais aussi en soutien logistique et technique. La jauge est en effet petite pour des artistes de la taille de Thirty Seconds To Mars par exemple… Et les prix des billets ne pourraient pas rester aussi abordables. Nous tenons à ce que les billets soient toujours en dessous de 40 euros par soir. Une des manières de contrôler les coûts est aussi de ne présenter que trois ou quatre artistes par soir, et sur une seule scène. C’est également la politique que nous menons pour notre nouveau festival (produit par Ivoire Music), le Summer Golfe qui fête sa première édition cette année, dans la foulée du Crazy Week. 

Comment est né ce nouveau festival le Summer Golfe, qui se déroule pour la première fois cette année, du 22 au 24 juillet 2013? 

Tout est parti du Crazy Week. Nous programmons une quinzaine d’artiste sur cinq jours, mais nous recevons 150 propositions! Je ne voulais pas passer à côté de certains artistes cette année, et j’ai donc cherché à organiser un nouveau rendez-vous dans des conditions aussi agréables pour le public que pour le Crazy Week. Je suis tombé sur le Théâtre de la Mer Jean-Marais à Vallauris, que je connaissais déjà mais que j’ai redécouvert. La décision de créer un festival à part entière avec des artistes de renoms tels que Lilly Wood & The Prick, Kery James, Oxmo Puccino  ou encore Puggy, Bastian Baker… a été prise en 24 heures! Le cadre est magnifique, en plein air, au bord de la mer. Le Summer Golfe Festival est en quelque sorte le petit frère du Crazy Week. 

Un petit frère qui affiche déjà ses ambitions…

Oui, on si a décidé de monter un festival à part entière, c’est pour qu’il s’inscrive sur le long terme. La capacité d’accueil du Summer Golfe est de 2.500 à 4.000 personnes par soir. Côté budget, le Summer Golfe dispose d’une enveloppe de 280.000 euros, et le Crazy Week 500.000 euros. 

La programmation du festival Summer Golfe se veut également éclectique…

On ouvre un peu plus la programmation au hip-hop, avec Kery James, Oxmo Puccino et Féfé… même si pour Oxmo et Féfé l’orientation musicale est très tournée vers la chanson. Nous voulons présenter des artistes que le public veut voir et entendre. On est là pour répondre aux attentes du public, et permettre aux gens qui viennent dans la région en été de se détendre en musique, dans un cadre idyllique. Le festival est fait pour eux!

 

Previous ArticleNext Article
X
X