Brigitte Fontaine : « Je n’ai qu’un regret, celui de ne pas avoir connu Gainsbourg » Commentaires fermés sur Brigitte Fontaine : « Je n’ai qu’un regret, celui de ne pas avoir connu Gainsbourg » 597

Concertlive : Vous avez une actualité scénique chargée en ce début d’année avec une nouvelle série de concerts à travers la France dont une date au Trianon le 30 janvier prochain. Comment abordez-vous cette mini-tournée?
Brigitte Fontaine :
Je suis obligée de faire des concerts de toute façon ! Il faut bien que je vive! Après, je prends beaucoup de plaisir sur scène. J’aime les gens. Ce que je préfère, c’est les concerts où tout le monde est debout et où chacun peut danser. Je ne sais pas quelle sera la configuration au Trianon d’ailleurs. Je prends beaucoup de risques pour cette date. J’ai quatre ou cinq nouvelles chansons que je voudrais jouer mais que je ne connais pas. C’est parce que je ne travaille pas! Je préfère voir mes amis. Demain je m’y mets. Cela va être casse-gueule. Mais ce sera un big concert avec pleins d’invités. Mais je ne dirai rien de plus.

CL : Vous en êtes sûre ? Pas même un petit nom à nous dévoiler?
BF
: Non !… Allez, peut-être qu’il y aura l’accordéoniste Richard Galliano, qui a récemment joué Nino Rota. Mais ce n’est pas sûr non plus…

CL : La date du Trianon sera un concert « pur ». Ce qui ne sera pas le cas des représentations en province…
BF
: Oui. Les dates à venir consisteront en une lecture de divers passages issus de mes livres, au cours de laquelle j’incrusterai des chansons. Je serai accompagnée sur scène par deux musiciens, l’un à la guitare électrique, l’autre aux percussions. On m’avait demandé cela il y a deux ans lors du Printemps des poètes. Cela m’a plu, j’ai continué.

CL : Côté actualité discographique, il y a l’album « L’un n’empêche pas l’autre », constitué en partie de reprises de votre répertoire interprétées en duos. Etait-ce facile pour vous de vous plier à cet exercice de la reprise, devenue « à la mode » ces dernières années?
BF :
Ils [la maison de disques, NDLR] m’ont obligée à le faire ! Ils m’ont miné pendant deux mois avec cela en me disant « Tu vas voir, cela va marcher! ». Je ne voulais pas faire comme toutes ces vieilles biques – que je suis également précisons-le -, Françoise Hardy ou Birkin. Après deux mois de résistance, j’ai fini par accepter de faire ce disque. Résultat : cela ne marche pas du tout et c’est tant mieux ! J’ai un album qui est prêt depuis deux ans et demi. Ils m’ont coupé dans mon élan. Le seul point positif dans tout cela, c’est que j’ai pu travailler avec des gens que j’aime comme Bertrand Cantat, Jacques [Higelin, NDLR], Arno, Grace Jones…

CL : Il y a un autre projet à venir dans votre actualité en 2012 qui vous tient particulièrement à coeur je crois…
BF :
Oui. J’ai un nouveau roman qui sort le 7 mars, « Les charmeurs de pierre ». Je suis hyper excitée par cette sortie. C’est un roman d’aventures, d’amour, d’initiation, de bataille du temps des Celtes, bien avant les Romains et les Gaulois. C’est de la pure fiction mais je me suis beaucoup renseignée sur les mythes et les coutumes celtes pour écrire ce livre.

CL : Vous êtes auteur pour vous et pour d’autres artistes, mais également écrivain, poétesse, et vous avez toujours revendiqué le droit à la liberté. Si vous deviez choisir entre l’une ou l’autre?
BF :
Pas possible. Pour moi l’écriture est une gourmandise. Je ne me sens libre que lorsque j’écris. D’autant que j’écris très vite. Aujourd’hui encore, je dois faire sept chansons pour une comédie musicale qui s’appelle « Nous n’irons pas à Tokyo ».

CL : Quelle est votre plus grande fierté en tant qu’artiste?
BF :
Mon livre qui sort en mars. J’en suis très fière… Et mon album « Libido », même s’il n’a pas marché. C’est normal, les gens ont peur de ce qui est beau. Surtout les programmateurs radio, cela les défrise!

CL : Un regret?
BF :
Ne pas avoir connu Serge Gainsbourg. Je crois que si je l’avais rencontré, je l’aurais embrassé, je l’aurais serré dans mes bras, et puis on aurait peut-être fait… des chansons!

CL Une angoisse?
BF :
Je n’ai pas vraiment d’angoisse ou plutôt, je n’en ai plus vraiment. Par contre, j’ai un ennui : avec l’âge, je suis devenue myope et je suis tenue de garder mes lunettes sur scène pour ne pas trébucher sur les câbles et tout ce qui traîne. Cela est très ennuyeux pour moi.

CL Un voeu pour 2012 ?
BF :
Je voudrais que Johnny prenne la nouvelle chanson que j’ai écrite pour lui. Mais je ne sais pas comment lui faire parvenir. Je voudrais qu’il prenne cette chanson et qu’il l’interprète au Stade de France, en ouverture. Parce que cette chanson s’appelle « Ouverture » [Pour information, sur l’album « Jamais Seul », réalisé avec Mathieu Chedid, Johnny interprète le morceau « Tanagra », que Brigitte Fontaine lui avait écrit il y a des années, NDLR].

CL Qu’est-ce qui vous anime Brigitte Fontaine ?
BF :
Le désir ! Et le plaisir de l’écriture et de la scène.

Propos recueillis par Emilie Leoni
A noter que Brigitte Fontaine sera prochainement à l’affiche du film « Le Grand Soir » de Benoît Delépine et Gustave Kerven, dont la sortie est prévue en avril 2012.

Previous ArticleNext Article
X
X