Max Boublil : « J’aime rire de tout! » (vidéo) Commentaires fermés sur Max Boublil : « J’aime rire de tout! » (vidéo) 167

Concertlive: Un mot sur ton nouveau spectacle « En sketchs et en chansons » ?
Max Boublil :
C’est un spectacle où je parle de moi. J’y parle de ma vie, celle d’un mec qui s’est fait connaître sur internet, celle d’une star du web, une star « low-cost ». C’est-à-dire que j’ai la vie d’un mec comme les autres finalement. Moi aussi je vis en coloc’ parce que je n’ai pas les thunes, moi aussi je me tape des moches. Je raconte ma vie dans ce spectacle et pourquoi et comment j’ai fait ces chansons. C’est un spectacle en sketchs et en chansons.

CL Tu te sens plus proche d’un Fatal Bazooka, d’un Thomas VDB ou d’une Mireille Mathieu ?
MB :
Je dirais que c’est un mélange de tout cela, en enlevant peut-être Mireille Mathieu. Thomas VDB j’adorais même si c’était plus spécifique puisqu’il expliquait la musique de nos jours. Moi c’est différent. Je raconte ma vie et au milieu il y a des chansons. Cela pourrait-être du Fatal Bazooka mélangé à du Gad Elmaleh. Mais peut-être que Mireille Mathieu viendra faire un guest. Je la trouve pas mal. Elle est drôle uand elle chante.

CL : Tu as sorti un album intitulé « L’album ». Quel en est le concept ?
MB :
L’album regroupe les chansons parodiques que je mettais sur internet tous les premiers samedis du mois et qui, ont presque toutes fait de bons buzz. A la base, ces chansons font partie intégrante du spectacle. Mais comme il y avait une demande de la part des fans pour un album, on s’est dit qu’on allait le sortir.

CL Tes chansons émanent-elles aussi de l’envie de tourner en dérision la scène musicale actuelle ?
MB :
A la base, ce n’est pas vraiment de tourner en dérision la scène actuelle mais de créer la surprise à chaque premier refrain. Par exemple, « je rentre chez moi, le dîner est prêt, je vois sur la table des bougies parfumées, un bouquet de roses encore emballées, etc.. » et la surprise c’est « je crois que mon coloc’ veut me serrer » ! C’est du sketch, de la vanne. Et c’est vrai qu’il y a un peu une moquerie de la scène musicale actuelle puisqu’à chaque fois j’essaie de faire une chanson dans un style musical différent. Par exemple « Je me tape Susan Boyle » c’est de l’électro, « Chatroulette » c’est de l’euro-dance. A chaque fois, j’ai eu envie de me moquer d’un style de musique différent.

CL Comment composes-tu tes chansons ?
MB :
La plupart du temps, elles viennent de mon histoire personnelle. Mais il y a du fantasme également. Par exemple, « je me tape Susan Boyle », c’est un fantasme ! Mon coloc par contre non, même si je n’ai jamais été confronter à un mec qui essayait de me draguer… A mon grand désarroi !

CL Et les moches ?
MB :
Les moches non, cela vient du fond du coeur. J’aime les moches, c’est la réalité. Je préfère les moches aux filles actuelles. Je n’aime pas les filles trop apprêtées, j’aime les filles moches, c’est-à-dire celles qui ne misent pas tout sur l’apparence.

CL : Tu tournes des sujets un peu sensibles en dérision comme le racisme. Penses-tu que l’on puisse rire de tout ?
MB :
J’espère que l’on peut rire de tout même si j’ai appris que l’on ne peut pas rire de tout avec n’importe qui. Moi j’aime rire de tout. Après il y a des choses qu’il ne faut pas faire selon les publics auxquels tu t’adresses. Il faut rire de tout selon avec qui on est. J’ai un avis sur pleins de sujets, comme sur la politique, que je ne vais pas donner car je n’ai pas envie de me mettre un public à dos.

CL Il y a un featuring avec le rappeur Alibi Mpontana sur ton disque. Comment est née cette collaboration ?
MB
: Alibi Montana n’a pas apprécié une chanson que j’avais faite pour l’émission « Rire contre le racisme » sur France 2. Dans cette chanson, je chantais tous les préjugés que l’on a les uns sur les autres. Lui n’a pas aimé cela donc on s’est un peu « clashé » par vidéos interposées, non sans humour d’ailleurs. Or, cela prenait des proportions bien au-delà du petit clash de départ, à savoir que cela mettait un public contre un autre. On s’est dit qu’il fallait arrêter cela et donc on a fait une chanson ensemble qui est une sorte de clash à l’envers. Mais il est très sympa Alibi Montana et curieusement il rit beaucoup à ce que je fais.

CL Est-ce que pour toi, musique et sketchs sont complémentaires ?
MB :
Je pense que musique et sketchs ne sont pas forcément obligatoires. Tu peux être un très bon humoriste sans faire de musique et inversement. Mais tu peux être un très bon humoriste en faisant de la musique. Ce sont deux disciplines qui n’ont rien à voir mais moi cela m’amuse de les mélanger. Je trouve que dans un spectacle de stand-up classique, une chanson casse un peu le rythme et cela fait du bien, d’autant plus si à l’intérieur de la chanson tu fais quelques vannes. Cela aère le rythme. Je n’ai pas envie de faire de spectacles où tu déblatères des blagues pendant 1h30. J’ai vraiment envie qu’il se passe autre chose. Dans mon spectacle il y a des happenings, il y a des nains qui jonglent, il y a des femmes obèses qui volent, des dragons chinois. Bref il y a de tout !

CL Est-ce que tu modules ton spectacle en fonction des publics, de leur réaction, tu improvises d’autres blagues ?
MB
Oui ! Il y a une grande part d’impro dans mon spectacle. Le public me parle souvent durant mes spectacles donc j’adore jouer avec ça et en tirer même un sketch. C’est ce qui marche le mieux les impros et c’est là où je m’éclate le plus !

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=rU_opLbvcEM[/embedyt]

Previous ArticleNext Article
X
X