Whatsapp newsletter

Ajoutez le numéro 0644674222 pour les news sur votre téléphone whatsapp

L’univers des concerts s’inquiète de la vente à la découpe de l’empire Lagardère 0 596

Quel avenir pour le pôle concerts et spectacle vivant de Lagardère ? La question se pose avec acuité alors que l’héritier Lagardère peine toujours à imprimer un cap et du sens à ce qui est devenu au fil des années un lourd conglomérat subissant les restructurations. La branche médias, en pleine reformatage, s’interroge elle aussi sur sa pérennité.

C’était le début des années 2000. La presse parisienne s’empiffrait de croissants et se bousculait au Virgin Megastore des Champs-Elysées pour assister au point presse organisé par Arnaud Lagardère en présence du charismatique Richard Branson. Une présentation dans un decorum luxueux, clinquant, mettant en scène l’entreprenariat dans sa version « cool et jean », destinée à officialiser le rachat par Lagardère Média des 16 magasins Virgin dans l’Hexagone. Petits clins d’oeils complices d’Arnaud au premier rang, hâle et brushing poivre et sel façon Richard Gere pour son « business partner » britannique.

Près de 20 ans plus tard, c’est morne plaine. Le Virgin des Champs, navire amiral des revendeurs de CD en France, a été envoyé par le fond en trois clics comme un vulgaire Titanic. Et l’ex-PDG de Virgin Stores Jean-Noël Reinhardt désormais tête de pont commerçante en tant que président du Comité des Champs-Élysées est à deux doigts de hurler « Macron démission ! ». En particulier lorsqu’il réalise que la « plus belle avenue du monde » s’est transformée en champ de bataille pour enragés en gilet jaune qui découvrent les vertus apaisantes du gaz lacrymogène, des explosions de grenades et des balles en caoutchouc.

La dernière déroute en date est celle des médias. Pour Lagardère, le désengagement de ce secteur est massif. Avec par exemple la toute récente entrée en négociations avec M6 pour la revente de son pôle télévisions. Qui s’ajoute à la cession de son pôle magazine incluant Elle mais aussi Version Femina, Art & Décoration, Télé 7 Jours, France Dimanche, Ici Paris et Public au Czech Media Invest de Daniel Křetínský, également actionnaire du Monde et propriétaire de Marianne. Sans parler de la revente de Boursier.com au groupe Les Echos – Le Parisien.

Des turbulences qui déstabilisent complètement l’univers médiatique. Et provoquent de nombreuses angoisses pour l’avenir au sein d’une profession journalistique qui appréhende de se retrouver sur le carreau. Si le chiffre d’affaires de Lagardère reste relativement stable (même si en baisse de 4,4 % en données consolidées), à 7 milliards d’euros, on ne peut pas vraiment en dire de même de ses effectifs. En 2016, il affichait plus de 28.000 salariés. Un an plus tard, le chiffre était descendu à 23.000 personnes

D’où l’inquiétude du secteur des concerts où Arnaud Lagardère avait fait une entrée tonitruante il y a quelques années. Devenant actionnaire du Bataclan en 2015, contrôlant aussi les Folies Bergère, le Casino de Paris, avec des parts dans le Zénith de Paris. À travers Lagardère Live Entertainment sont aussi produites les tournées de Florent Pagny, Phil Collins, Tears for Fears.

Mais le gâteau n’est probablement pas assez gros pour tout le monde, la concurrence a les dents aiguisées et salive à vue d’oeil face à la viande bien persillée au prix de plus en plus élevé que peut représenter le spectacle vivant. On l’a vu sur le théâtre de la reprise de gestion du Zénith de Nantes où Lagardère a dû s’allier à Live Nation pour espérer emporter le morceau face au redoutable Marc Ladreit de Lacharrière. Ce proche de François Fillon, ex-président d’un conseil régional des Pays-de-la-Loire aujourd’hui de nouveau dominé par la droite, semble prêt à tous les recours pour marquer son territoire. Et s’imposer comme un acteur montant majeur face à un Lagardère empêtré dans les restructurations d’un groupe dont la taille critique le rend difficile à manoeuvrer.

La revente par Lagardère de Billetreduc.com à Fnac Darty ne résonne en tout cas pas franchement comme un clairon offensif en direction du champ de bataille des concerts. Pas plus que les résultats en demi-teinte du Bataclan, dont l’activité est quasi sabotée par une frange irresponsable de la classe politique. Arnaud Lagardère n’a-t-il d’ailleurs pas complètement perdu la main sur les destinées du groupe hérité de son père ? En 2011, Qatar Investment Authority, filiale du fonds souverain de l’émirat du Qatar, est devenu actionnaire principal du groupe Lagardère. Une présence moins tapageusement médiatisée que l’implication de l’émir dans le club de football Paris-Saint-Germain. Mais qui n’en reste pas moins parfaitement cohérente avec la dissémination des filiales Lagardère dans le monde et son parcours historique, notamment enraciné dans les activités de défense avec Matra, à ses débuts.

Au moment où Vincent Bolloré accélère les synergies entre les activités concerts de Vivendi et les propres intérêts industriels de sa famille, particulièrement en Afrique, la galaxie Lagardère, dont les étoiles pâlissent, peut-elle retrouver son scintillant ?



Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

X
X