Kev Adams aux NRJ Music Awards : l’hommage décalé à Stromae fait polémique 0 785

Kev Adams s’est invité sur scène lors des 20e NRJ Music Awards, qui ont eu lieu le 10 novembre 2018 à Cannes. A en croire la presse people, sa prestation qui consistait à rendre un hommage décalé à Stromae a été jugée « gênante » et râtée, car sur les réseau sociaux certains commentaires se voulaient très critiques.

Mais à en juger de plus près, Kev Adams a réalisé une prestation en ligne avec son style et son humour potache. Un show sans prétention, rempli de bonne humeur, où habillé en bermuda jaune et noeux papillon de la même couleur façon Stromae, il a chanté un titre « Ma Vie c’est de la merde » en référence aux thèmes parfois durs abordés par Stromae dans ses chansons.

Le public de Cannes était tout à fait en phase avec l’artiste qui sera d’ailleurs sur scène prochainement. Kev Adams, fidèle à lui-même, ne plait certes par à tout le monde, mais son public lui reste fidèle et l’apprécie tel qu’il est : un jeune humoriste qui ose le décalage et les « gamineries » assumées. Et à ceux qui s’acharnent sur les réseaux sociaux pour dézinguer l’artiste, un petit rappel: c’est juste pour rire, hein?

Pour voir la vidéo sur TF1, c’est ici..

https://www.lci.fr/medias/video-ma-vie-c-est-de-la-merde-stromae-felicite-kev-adams-pour-sa-parodie-aux-nrj-music-awards-2104192.html

 

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Polémique Bertrand Cantat : « Dans un Etat de droit, personne ne fait justice à quelqu’un d’autre en dehors de la justice » 0 197

Alors que la polémique sur le droit de Bertrand Cantat à jouer sur scène a inciter l’artiste à mettre fin à sa tournée des festivals de l’été, la Ligue des droits de l’Homme a rappelé quelques fondamentaux… dans un contexte de débat passionné, le droit a parlé.

Car si Bertrand Cantat crée la polémique, la pression faite aux artistes peut prendre toute forme… et laisse libre cours à la censure. Car dans le cas précis de Bertrand Cantat, il s’agit de la vie d’une femme, de familles brisées, de destins broyés. Mais dans le cas d’un artiste comme Orelsan, qui avait vu son travail critiqué à tel point que certains festivals avaient renoncé à le programmer en 2009… les relents de cette polémique autour d’une chanson lui valent encore près de 10 ans plus tard des attaques, pour lui retirer sa Victoire de la musique.

Qui juge? La Ligue des droits de l’Homme a rappelé des règles fondamentales de l’Etat de droit: « Dans un Etat de droit, personne ne se fait justice à soi-même, et personne ne fait justice à quelqu’un d’autre en dehors de la justice ».

« Les demandes, directes ou indirectes, de censure ou d’annulation de son spectacle, qu’elles soient portées par des associations comme Osez le féminisme ou par des personnes hors réseaux associatif, les pressions diverses et variées des élus, les retraits de subventions aux festivals ou structures qui le programment contreviennent à la lettre et à l’esprit de la loi. »

Il semble nécessaire de rappeler aux uns et aux autres les dispositions légales. La loi de 2016 dispose dans son article 2 que la diffusion de la création artistique est libre, et l’article 431-1 du Code pénal réprime le fait d’entraver, d’une manière concertée et à l’aide de menaces, l’exercice de la liberté de création artistique ou de la liberté de la diffusion de la création artistique d’un an d’emprisonnement et de quinze mille euros d’amende.

(…)

« L’Observatoire de la liberté de création regrette que l’artiste, sous la pression, ait renoncé à tourner dans les festivals cet été et s’inquiète qu’en France, en 2018, certains soient plus tentés par les réflexes de censure que par le respect des libertés et par le débat démocratique qu’ils réclament, paradoxalement, de leurs vœux. »

Lire le communiqué entier de la Ligue des droits de l’homme. 

Sous pression, Bertrand Cantat renonce à sa tournée des festivals 1 234

Ce n’est pas la première fois que l’opinion et la pression font reculer la culture, et les artistes. Voici un bien triste nouvel exemple avec l’annonce par Bertrand Cantat d’annuler sa participation aux festivals d’été 2018, en raison de la polémique qu’il suscite.

L’artiste a pris la décision d’annuler toutes ses dates en festival, le concert prévu à Papillons de Nuit le 18 mai est également annulé. Son remplacement sera annoncé dans quelques jours, annonce le festival normand dans un communiqué.

« Pour mettre fin à toutes polémiques et faire cesser les pressions sur les organisateurs, j’ai décidé de retirer notre projet de tous les festivals d’été »
avait annoncé Bertrand Cantat à l’AFP, le 12 mars 2018.

Quelques jours plutôt, l‘Ardèche Aluna avait annoncé la déprogrammation, en raison de fortes pressions.

« Le festival Papillons de Nuit constate que cette tournée cristallisait des questions de société nationales, et comprend que l’artiste ait fait le choix de l’apaisement dans ce contexte tendu » souligne le festival Papillon de Nuits. « Ce n’est pas anodin de voir une tournée annulée suite à une polémique médiatique, en dépit des attentes du public et de la liberté de programmation de chaque acteur culturel. L’association s’inquiète de ce précédent et regrette que la pression exercée depuis plusieurs semaines ait occulté son projet culturel pour le territoire » ajoute le festival.

Un chose est sûre, ce n’est jamais une bonne nouvelle de voir un artiste renoncer à son art.

En 2009, Orelsan avait, on s’en souvient, subi le même type de pression, en raison d’un texte controversé. Il n’avait annulé mais avait été déprogrammé notamment des Francofolies de La Rochelle. Aujourd’hui, Orelsan est porté aux nues pour son album… mais continue à susciter les critiques. 

X
X